High Times n’entre pas à Spannabis

High Times n’entre pas à Spannabis

Pour: Teresa Garcia Activisme

“Il n’existe aucun type de relation ou de collaboration entre Spannabis et HighTimes”. L’éclaircissement la aclaración, publié début février dans le Cannabis Magazine, propriété de Feria del Cáñamo SL, a été la réponse donnée face à une information publiée dans High Times qui garantissait que, dans la prochaine édition de la feria qui aura lieu les 13, 14 et 15 mars prochains à Barcelone, on fêterait pour la première fois la ”légendaire Cannabis Cup” de High Times en Espagne dont les gagnants seraient avec l’équipe de cette entreprise états-unienne “sur la scène principale pendant le festival Spannabis 2020”. C’est démenti.

High Times a annoncé en janvier 2019 l’acquisition de Feria del Cáñamo SL, propriété de cannabis Magazine et organisatrice, depuis 16 ans, de Spannabis – actuellement, la plus importante feria européenne autour du cannabis. L’achat, pour 3 millions de dollars en liquide plus 4 millions de dollars en actions, de HighTimes et les deux paiements d’un demi-million de dollars pour les ferias de 2020 et 2021, incluait tous les domaines web de Feria del Cáñamo SL, ses marques – Cannabis Champions Cup, Cannabis Magazine, World Cannabis Conferences, El Cultivador-Prensa Cannábica Gratuita et le Guía del Cáñamo España y Portugal -, autant bien que les secrets commerciaux et droits de propriété intellectuelle et d’exploitation. Feria del Cáñamo, avec le siège à Paracuellos del Jarama, avait en 2018 huit employés et facturait entre 1,5 et 3 millions d’euros annuels.

High Times n’entre pas à Spannabis

Selon ce qu’explique le rapport financier des six premiers mois de 2019, il était prévu que l’accord se clôturerait dans un délai maximum fixé au 31 mai 2019, mais il n’y a pas eu accord. « L’information sur l’achat est sortie alors qu’on se trouvait dans une phase préliminaire de négociation pendant laquelle on a imaginé la vente mais finalement on n’est pas arrivé à un accord », signale Feria del Cáñamo SL qui n’a pas donné de détails sur les motifs de la fermeture des négociations.

 

 

HighTimes est une des entreprises fortes en communication et évènements autour du cannabis aux États-Unis. Crée comme revue dans les années 70 par Tom Forcade, journaliste et activiste pour les droits à consommer du cannabis ; depuis 2010, elle s’est aussi consacrée à l’organisation d’évènements. Actuellement, elle a son siège à Delaware, l’état des États-Unis avec le plus d’entreprises au mètre carré puisqu’il enregistre 1,3 millions d’entreprises face à un million d’habitants, dû aux avantages fiscaux et liés aux entreprises qu’elle offre. En 2018, elle a décidé d’étendre son entreprise au monde de la communication avec les achats de Culture Magazine, une revue destinée aux usagers de cannabis médicinal, et à Dope Magazine. Mais les principales recettes d’HighTimes proviennent de la Cannabis Cup et d’autres festivals, qui en 2018 ont rapporté plus de 10 millions de dollars à l’entreprise, presque 70% de ses recettes totales.

Dans son dernier rapport financier, HighTimes soulignait, d’une part, l’achat, qui ne s’est pas réalisé, de Feria del Cáñamo comme l’un de ses principaux objectifs, en tant qu’organisateur de Spannabis et de la World Cannabis Conference, et aussi éditeur de Cannabis Magazine et, d’autre part, que les recettes de l’entreprise espagnole atteignaient 2,3 millions d’euros en 2017.

High Times n’entre pas à Spannabis

Depuis, HighTimes a été acheté en 2017 pour 45 millions de dollars par Oreva Capital Corp, entreprise fondée par Adam Levin et qui a parmi ses investisseurs Damian Marley, fils de Bob Marley. L’année dernière a été dure pour l’entreprise, après avoir essayé pendant deux ans de rentrer dans la bourse de valeurs Nasdaq et de vendre par crowfunding 15 millions de dollars en actions à 23.000 actionnaires à 11 dollars par participation. En décembre 2019, elle avertissait par courrier ses actionnaires qu’il était possible que les activités de l’entreprise puissent ne pas continuer à cause de ses 105 millions de dettes accumulées. D’ailleurs, au mois de janvier dernier, elle a vendu la participation à 5,5 dollars avec un total de 363.636 actions vendues à Rayray Investments Inc, une entreprise d’investissements canadienne spécialisée dans l’industrie du cannabis médicinal.

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: