Back to top
Die Michael J. Fox Stiftung unterstützt drei Gesetzesinitiativen zur Förderung der medizinischen Cannabis-Forschung in den USA

Michael J. Fox fut diagnostiqué avec la maladie de Parkinson en 1991. Il n'avait alors que 30 ans et cela faisait seulement un an qu'il avait joué McFly dans la troisième partie de la trilogie Retour vers le futur. Il est actuellement président de la plus grande organisation à but non lucratif qui finance la recherche sur cette maladie, la MJFF, Fondation pour la recherche sur la maladie de Parkinson (MJFF), et il a décidé de lever les obstacles législatifs qui empêchent la recherche sur les utilisations du cannabis dans la lutte contre la maladie de Parkinson aux États-Unis.

Actuellement, 33 États ont adopté une législation autorisant l'utilisation de produits dérivés du cannabis à des fins thérapeutiques. Mais dans chaque État, la formule est différente, les médicaments auxquels on accède sont différents et les conditions d'accès sont également différentes. Au total, 13 États autorisent l'utilisation de cannabis médical pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson: Connecticut, Floride, Illinois, Iowa, Massachusetts, Missouri, New Hampshire, Nouveau-Mexique, New York, Ohio, Pennsylvanie, Vermont et Virginie-Occidentale. Mais, même lorsque son utilisation est légalisée, il existe parfois des conditions supplémentaires, comme à New York, où, selon la MJFF, en plus d'avoir la maladie de Parkinson à un niveau avancé, la personne doit souffrir de malnutrition extrême, de douleurs chroniques ou sévères, des nausées ou des spasmes musculaires sévères ou persistants.

La maladie de Parkinson affecte les noyaux gris centraux, un circuit de cellules cérébrales qui contrôle le mouvement, et où se trouvent de grandes quantités de récepteurs liés aux cannabinoïdes qui sont produits naturellement par le corps pour contrôler le sommeil, l'appétit ou l’état d'esprit, selon la Fondation. C'est pourquoi le cannabis a été pensé comme une substance à explorer pour atténuer les conséquences de la maladie de Parkinson.

"Des travaux précliniques, y compris plusieurs études financées par la MJFF, montrent que les cannabinoïdes peuvent protéger les cellules du cerveau par des mécanismes antioxydants et anti-inflammatoires", affirme la Fondation.

En outre, il peut atténuer les symptômes du système moteur et d'autres de la maladie de Parkinson, en plus des mouvements involontaires causés par la lévodopa, le traitement le plus efficace actuellement contre la maladie de Parkinson. Mais les résultats, explique la Fondation, sont dans certains cas positifs et dans d'autres négatifs. "Ce qui laisse aux patients, aux médecins et aux chercheurs des preuves insuffisantes que le cannabis thérapeutique et les cannabinoïdes sont un traitement efficace contre le Parkinson", et la recherche est limitée par la loi fédérale.

"La réglementation actuelle sur le cannabis bloque la recherche médicale approfondie sur la drogue et ses composants", expliquent-ils dès la fondation dans une lettre envoyée aux sénateurs et aux membres du Congrès en juin 2019. "En raison de sa classification fédérale comme drogue de la Liste I, ainsi que la faible quantité et qualité du cannabis produit par la seule culture approuvée par le gouvernement fédéral, les chercheurs ne disposent pas du matériel approprié pour effectuer les recherches nécessaires. »

La reclassification au niveau fédéral du cannabis fait d'ailleurs l'objet d'un des trois projets de loi soutenus par le MJFF pour faciliter la recherche sur le cannabis.

 

 

L’Expanding Cannabis Research and Information Act, la loi sur l'expansion de la recherche et de l'information sur le cannabis, est arrivée au Congrès des États-Unis en septembre 2019 sous l'impulsion de la députée démocrate Donna E. Shalala, qui était secrétaire à la Santé et aux Services sociaux sous l'administration Bill Clinton. Le projet de loi, qui a été présenté devant la Chambre législative et appuyé par les démocrates Barbara Lee et Joe Courtney, ainsi que le républicain Matt Gaetz, en est à ses débuts et vise à reclasser le cannabis pour qu'il passe de la liste I des médicaments, qui regroupe les médicaments qui n'ont pas un usage médical acceptable et qui ont un potentiel élevé d'abus –elle comprend actuellement, en plus de la marijuana, l'héroïne, le LSD, l'ecstasy, la méthaqualone et le peyote. La cocaïne figure sur la liste II, qui comprend des substances considérées comme moins nocives que celles de la liste I—, sur la liste III, qui comprend des substances présentant un potentiel de dépendance physique et psychologique dès modéré à faible, telles que la kétamine ou la testostérone.

"La reclassification reconnaîtrait officiellement l’acceptation de l’usage thérapeutique du cannabis. Le projet de loi supprimerait également diverses restrictions imposées qui empêchent actuellement les universités de mener des essais de recherche sur la marijuana", assure la Fondation.

Un autre des projets de loi est le Medical Cannabis Research Act, présenté au Congrès américain en janvier 2019 par le républicain Matt Gaetz et qui vise à protéger les institutions qui souhaitent étudier le cannabis de la persécution fédérale. Avec ce projet de loi, les personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson recevront pourront participer à des études sur le cannabis approuvées par le gouvernement fédéral.

L'autre projet de loi soutenu par la fondation, la VA Medicinal Cannabis Research Act, est également à l'étude au Congrès depuis janvier 2019 et vise à promouvoir des études sur les effets du cannabis sur les maladies qui affectent les anciens combattants de la guerre - actuellement ils ne peuvent pas accéder aux médicaments liés au cannabis en vertu de la législation fédérale - comme le stress post-traumatique et la douleur chronique, maladies sur lesquelles, de nombreuses études montrent que le cannabis a des effets positifs.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.