Back to top
Macedonia del Norte podría ser el primer país de los Balcanes en legalizar el cannabis para uso recreativo

Le Gouvernement de Macédoine du nord met à l’ordre du jour la légalisation de la consommation récréative du cannabis dans tout le pays, depuis 2016 déjà l’usage médicinal de la marijuana y est légal. « L’idée est de permettre la consommation de marijuana dans les cafétérias et dans les espaces touristiques, également dans la capitale Skopje, avec des standards de ventilation et les preuves correspondantes quant à l’origine de la marijuana, etc. », a affirmé le premier ministre de ce pays, Zoran Zaev, dans une interview à la Deutsche Welle.

Zaev a mentionné comme exemples Amsterdam et les Pays Bas et souligné que si cette légalisation réussit, elle se fera avec une réglementation stricte - même si le gouvernement de l’Union social démocratique n’a pas encore adopté de décision finale sur cette affaire vu que la majorité du pays dit que non, il n’y aura pas de légalisation du cannabis récréatif.

La possible légalisation du cannabis est envisagée comme l’une des mesures pour revitaliser l’économie du pays qui a également été durement touchée par l’épidémie de la Covid 19 ; d’ailleurs, le premier ministre macédoine avait déjà commencé à relancer le débat sur la réglementation de la plante il y a deux ans.

Zaev, chef de l’Union social-démocrate de Macédoine, est premier ministre de Macédoine du nord depuis août 2020 lorsque son parti a gagné les élections parlementaires. En 2017, il a occupé ce même poste ayant été choisi par le président de l’époque Gjorge Ivanov mais il a démissionné en janvier 2020 après que l’Union européenne ait exprimé son refus à commencer le processus d’adhésion de ce pays à l’Union. Dans ces années-là, le pays, qui était né comme tel en 1991 pendant la guerre de l’ancienne Yougoslavie, avait comme principal conflit international son propre nom, qui a changé de l’initial République socialiste de Macédoine à République de Macédoine et, finalement, après un accord signé avec la Grèce, à République de Macédoine du nord.

 

 

Pendant ces années-là, la Macédoine a initié sa trajectoire par rapport à la réglementation du cannabis. En 2016, le pays a approuvé une loi qui permettait la vente en pharmacie - même sans prescription médicale - d’huiles de cannabis avec une faible teneur en cannabinoïdes à effets psychoactifs et la prescription d’autres produits avec une teneur plus élevée pour les professionnels de la médecine soignant des malades d’épilepsie, VIH ou sclérose en plaques entre autres, selon le quotidien Balkan Insight. La mesure a été applaudie par l’association cannabique Green Alternative mais d’autres organisations ont dénoncé que cette loi a été faite sur mesure pour les grands groupes d’entreprises, laissant de côté les petits producteurs. N’a pas été autorisé non plus l’autoculture, qui - de même que la distribution illégale - continue à être passible de peines allant de un an à dix ans de prison.

Le quotidien macédoine Republika a publié en avril 2019 qu’au moins trois des quinze entreprises qui ont reçu des licences pour produire du cannabis médicinal en Macédoine étaient liées à Zaev. L’une d’elles est Mam, propriété de Trajce Zaev, cousin du premier ministre, qui avait déjà depuis 2017 des cultures de cannabis de plus de 20.000 mètres carrés à Sveti Nicole, selon un rapport élaboré par la conseillère Bearstone Global - publié en avril 2019. En octobre 2019, l’ex-ministre des affaires extérieures de Macédoine, Antonio Milososki, a posé des questions au Parlement sur les conversations qu’avait eu Zaev avec Mike Straumietis, le ‘millionnaire de la marijuana’, directeur de la compagnie canadienne Advanced Nutrients.

« Le gouvernement ne fait rien en secret. C’est de la manipulation que de parler de drogues. Ma famille a son propre investissement à Sveti Nikole. On emploie des gens et sa valeur dépasse les 100 millions d’euros. Le marché du cannabis médicinal est de 500 millions d’euros et on s’attend à ce qu’il atteigne plusieurs milliards pour l’usage médicinal. C’est agréable de voir un enfant épileptique redevenir instantanément normal avec la consommation de cannabis. On était en train de parler d’investissements », a alors répondu le premier ministre.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.