why-is-cannabis-mixed-with-tobacco

Pourquoi mélange-t-on le cannabis au tabac ?

Pour: Daniel C. Culture

Dans l’immense majorité des cultures, le mode de consommation du cannabis dominant est l’inhalation, c’est-à-dire que le cannabis y est fumé. D’où la question : pourquoi, dans certaines régions du monde, le cannabis est fumé pur, alors que dans d’autres, il est mélangé au tabac ? Dans cet article, vous découvrirez les raisons historico-culturelles qui ont mené à ces différences de pratique en matière de consommation de cannabis.

Dans une société où le bien-être des individus est considéré comme primordial, l’habitude de mélanger le cannabis au tabac pose question. Ce faisant, l’intérêt de séparer les deux substances peut être mis en avant. En effet, il convient de mettre en garde les consommateurs contre les effets de ce mélange qui n’apporte rien de bon, que du contraire. Le tabac est, en effet, extrêmement nocif, à tel point que, d’après l’OMS, plus de 8 millions de personnes meurent annuellement de sa consommation. Le tabac est donc la première cause de morts évitables dans le monde.

Il serait donc judicieux de questionner cette habitude de mélanger cannabis et tabac, une habitude d’ailleurs abhorrée dans de nombreuses régions de la planète. En effet, d’après des statistiques récentes, l’Europe diffère fortement du reste du monde sur ce point :

  • Aux États-Unis, au Mexique et au Brésil, plus de 90% des consommateurs utilisent le cannabis seul. Au Canada et en Nouvelle Zélande, ils sont plus de 80% à adopter cette pratique.
  • Au contraire, en Europe, entre 77% et 90% des consommateurs de cannabis mélangent ce dernier avec du tabac.
  • En Australie, en revanche, les deux types de consommations coexistent à l’équilibre (50%).

Mélange cannabis-tabac : les dangers pour la santé

La consommation simultanée de cannabis et de tabac est plus nocive pour la santé que leur consommation séparée. En outre, cette pratique augmente le risque d’addiction et rend plus difficile la réduction de la consommation des deux substances.

Le simple fait de fumer cause, à lui seul, des dommages au système respiratoire, notamment des irritations et d’autres types de maladies. À cela s’ajoute la combustion qui libère des substances accélérant le vieillissement cellulaire, provoquant des maladies cardiovasculaires et favorisant les processus cancérigènes.

Ces risques sont accrus quand le cannabis est mélangé au tabac. Ce dernier contient, en effet, nombre de substances toxiques pour l’organisme. De plus, le tabac contient de la nicotine, une substance hautement addictive qui, en outre, entraine des bouleversements hormonaux, cardiovasculaires et psychologiques

Pourquoi mélange-t-on tabac et cannabis ?

Il n’est pas simple de déterminer l’origine de cette pratique tant les facteurs l’expliquant sont multiples :

  • Lien avec la consommation de tabac : les Européens, par exemple, consomment bien plus de tabac que les Américains. Il n’est donc pas étonnant de voir tabac et cannabis fréquemment combinés sur le Vieux Continent. Pourtant, les Européens n’ont connu le tabac qu’à partir du XVIe siècle, quand on commença à l’importer d’Amérique du Sud. L’utilisation plus importante du tabac en Europe qu’en Amérique s’explique sans doute par cette arrivée tardive : il s’agissait alors d’une substance nouvelle, dont on n’avait encore jamais eu l’usage et qui, donc, attirait la curiosité, alors qu’Outre-Atlantique, on la connaissait, pour ainsi dire, depuis toujours.
  • Disponibilité du cannabis : une autre raison pour laquelle on mélange le tabac au cannabis est sans doute à chercher dans la faible quantité de cannabis disponible. En effet, le cannabis n’est pas originaire d’Europe, mais d’Orient (Inde et Afghanistan), d’Afrique du Nord (Maroc, notamment) et d’Amérique latine. Dans ces pays regorgeant de cannabis, les gens n’ont pas ressenti le besoin de le combiner à quoi que ce soit. En Europe, en revanche, le cannabis était rare et/ou difficile d’accès. Le mélanger à du tabac permettait donc de faire durer la consommation des faibles quantités d’herbe que les Européens d’alors parvenaient à se procurer.
  • Format du cannabis : de l’autre côté de l’Atlantique, il est relativement facile de se procurer du cannabis et les espaces cultivables sont nombreux. On consomme donc souvent cette plante seule. En Orient et dans le Nord de l’Afrique, c’est plutôt du haschich qu’on consomme traditionnellement, un mode de consommation qui s’est bien plus démocratisé en Europe qu’en Amérique. Or, le haschich se consomme beaucoup plus fréquemment mélangé au tabac qu’à l’herbe. Nombre de consommateurs européens n’ont eu recours qu’au haschich pendant de longues périodes, d’où cette habitude de combiner cannabis et tabac.
  • Facteurs économiques : le prix d’un produit impacte évidemment sa consommation. Le tabac a longtemps été assez bon marché, alors même que le cannabis, bien plus difficile à se procurer, était fort cher (bien plus en Europe qu’en Amérique). Mélanger les deux substances permet donc de faire durer plus longtemps la consommation du cannabis, habitude qui s’est logiquement plus profondément ancrée à l’Est qu’à l’Ouest de l’Atlantique.
  • Modes de consommation alternatifs : aux États-Unis, le cannabis est le plus souvent consommé par vaporisation, par voie sublinguale ou par ingestion, des formes de consommation qui ne nécessitent pas de tabac. En Europe, en revanche, ces pratiques alternatives sont plus récentes et donc moins répandues. De plus, alors que les Européens se contentent presqu’exclusivement de fumer le tabac, il est souvent consommé autrement en Amérique où on le chique encore beaucoup. Ces traditions différentes expliquent sans doute une ouverture d’esprit plus importante aux modes de consommation alternatifs, les Européens étant, eux, plus attachés aux traditions.
  • Type d’effets : une croyance populaire veut que l’effet du cannabis serait plus puissant si on le consomme combiné au tabac, sans doute par suite de son interaction avec la nicotine. En réalité, cet effet n’est pas plus puissant. Il est différent, car l’effet stimulant de la nicotine contrebalance quelque peu celui du cannabis sur les fonctions cognitives. En conséquence, mélanger cannabis et tabac serait plutôt un moyen d’atténuer l’effet du premier. Cette différence dans le type de psychoactivité contribue à expliquer la divergence des modes de consommation : les consommateurs européens sont habitués à l’effet du mélange cannabis-tabac, de sorte que la consommation de cannabis seul pourrait entraîner des effets secondaires plus puissants (tels que la tachycardie, l’anxiété et la confusion mentale), tandis qu’aux États-Unis, les gens sont habitués au cannabis pur et le mélange cannabis-tabac engendrerait des effets jugés désagréables, tant sur le plan organoleptique que de l’expérience globale.

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Mataro Blue

Depuis: 11.00€

Mikromachine Auto

Depuis: 11.00€

Génétique américaine

Super OG Kush

Depuis: 8.50€

Partager: