Back to top
“Weed the People”, el documental de Netflix que tienes que ver

Il existe deux types de personnes dans ce monde : celles qui choisissent de détourner le regard et celles qui font preuve d'empathie et s'occupent des situations difficiles, aussi difficiles soient-elles. Ce type d'engagement est ce que nous appelons l'activisme, une action qui peut être exprimé de manières différentes. Dans le cas de Mara Gordon, par exemple, elle a choisi de fonder Aunt Zelda’s, une association californienne spécialisée dans l’élaboration de protocoles de traitement au cannabis pour des patients gravement malades et qui œuvre pour un changement du système de santé aux États-Unis. Son histoire, ainsi que celle d'autres personnes, est contenue dans le documentaire Weed the people, des réalisateurs Ricki Lake et Abby Epstein et actuellement disponible sur Netflix.

«Je tiens à préciser que je n’ai pas de formation médicale et je n’ai pas non plus l’intention de me faire passer pour un médecin. Mais j’ai quelque chose à apporter qui me semble plus important: de l’expérience. On peut seulement essayer». Ces déclarations servent, au début du documentaire, à présenter Mara Gordon. «Parfois, vous devrez deviner votre dose exacte. Si elle est trop basse, ça ne fera pas mal. Si elle est trop haute, votre corps prendra tout simplement plus d'heures pour l'éliminer». Mara discute avec les parents d'un bébé de quelques mois qui a été diagnostiqué un gliome optique, une tumeur qui se développe dans le cerveau, depuis qu'ils ont décidé de lui demander conseil pour le traiter avec du cannabis.

Ce n’est pas de la magie, c’est de la science

«J'ai vu des choses qui pourraient être considérées comme des miracles, mais nous devons comprendre que pour une famille qui souffre, certains des résultats peuvent sembler être un miracle, mais c'est simplement de la science. De même, il n'y a aucune raison de craindre quoi que ce soit, cela n'a aucun sens que le cannabis ne soit toujours pas une option pour tout le monde», a déclaré la Dr Bonni Goldstein, une pédiatre spécialisée dans le cannabis médical. Son histoire fait également partie de Weed the people.

Le système endocannabinoïde

En outre, l’un des moments les plus importantes du documentaire est lorsque la Dr Goldstein parle du système endocannabinoïde. "En 1998, ils ont découvert que tous les êtres vivants, y compris les humains, ont des récepteurs aux cannabinoïdes dans le cerveau ». Sunil Agarwal, un spécialiste des soins palliatifs et de la réadaptation, ajoute: «les gens pensent à la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline comme les neurotransmetteurs typiques, c’est-à-dire, les substances chimiques qui permettent aux neurones de fonctionner. Lorsque le neurone A communique avec le neurone B, un message chimique est transmis à travers l’espace de la synapse. Les neurones A et B se rejoignent donc et génèrent un signal électrique”.

«Nous avons découvert qu'une partie de ce système de communication fonctionne avec des composants endocannabinoïdes. Ces molécules ont la capacité de se lier aux récepteurs et il semble qu'elles jouent un rôle clé dans l'ensemble du processus de communication», explique Mark Ware, médecin spécialiste en neurologie et traitement de la douleur avec du cannabis.

Une expérience personnelle transformatrice

Beaucoup de gens qui sont maintenant convaincus des effets thérapeutiques du cannabis ont appris sur les propriétés de la plante grâce à l'expérience d'un membre de la famille, d'un ami proche ou le sien même. Dans Weed the people, on connait l'histoire de Ron Watson, un lobbyiste santé qui parle à la caméra avec grand enthousiasme. «Malheureusement, les parents en savent plus à ce sujet que les médecins, parce que lorsque vous êtes désespéré, vous apprenez à essayer de nouvelles choses et à trouver des alternatives. Et, vous devez m’excuser si je pleure, mais un jour avant la mort de mon fils, j'ai demandé à Dieu de nous l’enlever, car sa souffrance était inhumaine. Mon plus grand but dans la vie est de pouvoir aider un père, même si un seul, pour qu'il ne prie pas de désespoir ».

Dans Weed the people, il y a beaucoup de sentiments, de larmes, d'espoir, de regards et d'humanité, cette même nature humaine qui nous maintient liés au fil de la vie, même si la réalité peut être parfois dure et amère. Beaucoup de témoignages dans ce documentaire proviennent de parents qui ont décidé de prendre des mesures pour lutter contre les maladies qui affectent leurs enfants, en prenant des décisions qui les ont amenés à utiliser de l'huile de cannabis, après avoir constaté que leurs enfants étaient à risque de devenir toxicomanes, dépendants aux opiacés, comme la méthadone.

 

 

«J'ai plus de 300 cas de patients mineurs en traitement à l'huile de cannabis, comme celui d'un garçon de 16 ans arrivé en avril, il y a un an, recommandé par son oncologue, qui souffrait d'un ostéosarcome en stade IV. Bravo pour elle de m'envoyer ses patients! Il a commencé avec le cannabis en avril et, étonnamment, en juillet les résultats de son scan et sa résonance étaient négatives. Ils ont répété ces examens en novembre et, encore une fois, il n'y avait aucune trace de cancer. J’ai appelé son oncologue et lui ai demandé: «Qu’en pensez-vous?» Il a admis qu’il avait pensé que le garçon allait mourir. Il semble que nous obtenons de bons résultats avec le cannabis. Je n’ose pas affirmer qu’on a trouvé le remède du cancer, mais certainement un moyen de prolonger la vie», a déclaré la pédiatre Bonni Goldstein lors d’un congrès médical.

Les origines de la criminalisation du cannabis

Finalement, le documentaire a traité d’un autre sujet, l’histoire du cannabis et comment la plante faisait partie de la pharmacopée du 19ème et du début du 20ème siècle. Apparemment, il était un médicament largement utilisé et prescrit, non pour le fumer, mais pour le boire en solution. Si nous recherchons la raison de sa criminalisation, on constate notamment que le racisme et la xénophobie, combinés à un sentiment de rejet de la population mexicaine, ont été des facteurs déterminants pour l'illégalisation de la marijuana.

Weed the people nous fait comprendre que le réseau de soutien autour du cannabis médical devient de plus en plus grand. Certaines personnes décident d’aider d’autres personnes après avoir expérimenté, à la première personne, l’efficacité de la plante dans le traitement des maladies, malgré le fait qu’il reste encore beaucoup de recherche formelle à faire et que ces traitements sont quelque chose de nouveau pour des médecins. Tel est le cas de l’oncologue de Chico, un enfant qui parvient à vaincre le cancer : «tout cela est nouveau pour nous et je n’ai pas toutes les réponses dans ce moment. On apprend toujours. Et grâce à des patients comme Chico, notre esprit est plus ouvert à cette alternative et d’autres patients tirent de l’expérience ».

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.