Back to top
De las rosas al cannabis medicinal

Entre espoir, incertitude et scepticisme. C'est ce que ressentent les 246 travailleurs qui composent le personnel de l'entreprise Aleia Roses, selon Miguel Ángel Brezmes, responsable de la politique industrielle et institutionnelle de la CC. OO. (Confédération Syndicale des Commissions Ouvrières) dans la région de Castille et León.

L'entreprise est située dans la commune de Garray, dans la province de Soria, qui compte seulement 700 habitants, et représentait jusqu'à présent la plus grande serre de roses d'Europe, avec 14 hectares et huit ans d'expérience. Actuellement, Aleia Roses est en passe de devenir un centre de culture de cannabis médical. "Il semble que le projet soit solide, ils ont investi plus de 10 millions d'euros pour adapter les installations à la nouvelle culture", ajoute Brezmes.

Le propriétaire d'Aleia Roses, Luis Corella, originaire de Madrid, venait de créer une entreprise au Mexique pour exporter des tomates vers les États-Unis, et lorsqu'il est rentré en Espagne en 2013, il a appliqué le même modèle pour exporter des roses de Soria vers Amsterdam. Mais l'entreprise a entamé une faillite volontaire des créanciers devant le tribunal de commerce de Soria en octobre 2019, pourtant elle avait reçu 10 millions d'euros de subventions de la Région de Castille et León.

En février 2020, l'entreprise a licencié 47 des 350 travailleurs qui composaient l'effectif. Les autres ont été envoyés dans un plan d’ajustement temporaire de l’emploi (ERTE) qui est en vigueur depuis lors. Javier Botín - l'un des fils d'Emilio Botín, président de la Banque Santander pendant 28 ans - a fait une offre pour l'entreprise mais l’a retiré peu après ; il a donc perdu 10 millions d'euros qu’il avait laissé en guise d'acompte. Deux mois plus tard, le fonds d'investissement américain Full Moon a racheté la société pour 6,2 millions d'euros. Ce fonds d'investissement, basé en Caroline du Nord, est spécialisé dans le secteur du cannabis, et c'est la nouvelle direction prise par l'entreprise à son arrivée.

 

 

"Lorsque les gens ont commencé à parler de la possibilité de planter du cannabis, dont il semblait être tabou de parler, c'est quand le groupe nord-américain Full Moon est apparu sur la liste lorsqu'il s'est agi d'acquérir l'unité de production", se souvient Brezmes. Et ce qui était tabou au départ est rapidement devenu officiel. "Le travail de ces personnes était en danger, à tel point que les nouveaux propriétaires ont décidé d'arracher toutes les cultures alors que l'idée initiale était de faire une transition plus longue entre les roses et le cannabis - plus progressive", explique Brezmes. L'Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) a déjà accordé les autorisations nécessaires pour l'acquisition des semences, bien que cette nouvelle licence n'ait pas encore été publiée sur son site web - dont la dernière mise à jour date du 13 août. "La perspective est bonne, mais la situation est embryonnaire", ajoute M. Brezmes.

Selon le syndicaliste, jusqu'à présent, l'entreprise n'a pas repris ses activités et la grande majorité de ses travailleurs sont toujours sur l'ERTE, en attendant que les installations soient adaptées à la nouvelle culture - pour laquelle l'entreprise doit répondre à certaines exigences de sécurité. Selon le syndicat, le cannabis que produira l'entreprise - pour lequel trois hectares et demi seront initialement utilisés - sera destiné à des fins médicinales et sera entièrement destiné à l'exportation. "Une autre chose est qu'il revienne plus tard en Espagne sous forme de produits transformés", ajoute M. Brezmes à propos des quelques produits dérivés du cannabis qui jusqu'à présent sont autorisés à la vente dans le pays.

Cependant, ce qui ne semble pas changer pour l'instant, ce sont les conditions de travail des employés de l'entreprise. Selon M. Brezmes, ces conditions sont marquées par la même convention qui leur était appliquée lorsqu'ils cultivaient des roses, et elles ne sont pas bonnes.

"Actuellement, ce n'est pas un emploi de qualité : les gens gagnent le SMIG (le salaire minimum). Les conditions de travail sont minimes, mauvaises", dit Brezmes. "L'accord laisse à désirer car il s'agit d'un travail extrêmement dur puisqu'il s'agit de serres, mais voyons si cette nouvelle activité s'installe et si elle est rentable, auquel cas, nous, les travailleurs, on voudra aussi notre part du gâteau", conclut-il.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.