/fr/blog/journal-de-culture-kaboom-la-reine-dafrique
Newsletter-Growreport-5

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique

Pour: Contributor Journal de culture

Découvrez ici un nouveau grow report des graines Kannabia, documents dans lesquels nous analysons de fond en comble la culture de nos variétés les plus populaires. Celui-ci est consacré à la Kaboom, un hybride à dominance sativa, doté d’une forte personnalité et dont les denses fleurs gorgées de résines sont idéales pour les extractions de haschich. Un grow report un peu particulier, marqué par des conditions de culture complexes, tant en termes d’illumination que… d’obscurité.

Affublée du prestigieux surnom de « Reine d’Afrique », la Kaboom mérite indéniablement tous les honneurs dus à une variété qui a sa place sur le trône de vos cultures, tant est admirable sa résistance et sa capacité d’adaptation face à l’adversité. Il faut dire que son ascendance est des plus majestueuses puisqu’elle est née du triple croisement Afghani x Thai x AK-47. Il est donc riche de propriétés multiples, cet hybride qui combine des traits indéniablement sativa à des réminiscences indica, le tout se mêlant dans un équilibre des plus harmonieux.

Cette plante aussi délicieuse que stimulante offre de très généreuses récoltes après une floraison de seulement 8 à 9 semaines. C’est son parent afghan qui, atténuant son ascendance AK-47, la dotée de cette rapidité. Elle y gagna par ailleurs une impressionnante résistance aux moisissures et aux parasites, ainsi qu’une productivité remarquable.

Son ascendance indica récessive lui apporte un je ne sais quoi qui touche au sublime : un fond boisé au bouquet exotique dominé par une forte saveur de fruits tropicaux acidulés, le tout s’achevant en un bouquet final légèrement épicé qui évoque la Thaïlande. L’exhalation de cette fumée laisse dans la bouche une indescriptible sensation piquante qui ne s’oublie jamais.

Pour couronner le tout, la Kaboom engendre un effet mental stimulant et édifiant qui réduit naturellement le stress, les tendances dépressives et la fatigue. C’est donc le compagnon idéal des consommateurs de cannabis actifs. Mais elle dispense également des effets physiques durables et légers à la fois.

Morphologie et croissance de la Kaboom

La Kaboom est idéale pour les growers débutants. Elle ne pose en effet aucun problème et forme des tiges et des branches bien robustes, agrémentées de feuilles fines et dentelées typiques des variétés AK avec leur couleur vert foncé. Elle présente un espace internodal court et une ramification précoce qui se manifeste dès les premières étapes de la croissance pour aboutir en une grande structure buissonnante, promesse de récoltes importantes dès 60 cm de haut sans grandes quantités d’engrais.

La culture biologique est clairement celle qui convient le mieux à cette plante. L’application d’une quantité adéquate d’humus de lombric et de guano directement en surface du substrat lui est largement suffisante, en plus, bien sûr, d’un arrosage régulier. Sa floraison exubérante vous ravira la vue de grappes de fleurs semblant se développer par milliers en un incessant mouvement appelé à durer pour toujours. La vue de ses fleurs pesantes et denses, de leur belle couleur rougeâtre et de leur épaisse couverture de trichome suffit largement à comprendre que vous aurez devant les yeux la future reine de votre jardin, mais aussi de votre cœur.

Analysons-la à présent dans ses plus légers détails !

Culture de la Kaboom pas à pas

Il s’agit ici d’une culture « mixte » qui combine plusieurs environnements de culture en fonction de l’éclairage. Le grower, par conviction personnelle autant que par rébellion face au coût exorbitant de l’électricité, mélangea indoor et outdoor durant l’été, alternant entre une chambre de culture et un appui de fenêtre de sa propre maison.

La plante passa ainsi 9 heures dans une chambre de culture avec éclairage artificiel. En matinée, elle profita de 3-4 heures de lumière naturelle, placée près d’une fenêtre orientée à l’est. Elle pouvait y rester de 8:00 à 15:00 environ avant de regagner sa chambre de culture où elle restait jusque 18:00. Les après-midis ensoleillés, elle pouvait être placée près d’une fenêtre donnant à l’ouest, profitant des beaux rayons de fin d’après-midi jusqu’aux environs de 21:00. Les jours dépourvus de soleil, elle restait dans la chambre de culture où elle dormait de 19:00 à 23:00, heure d’allumage de l’éclairage principal.

  • Type de culture : Mixte, intérieur/extérieur
  • Illumination : LED Spider Farmer SF-100 W / fenêtre
  • Producteur : DeFharo
  • Nombre de plantes : 1
  • Nutriments : Organiques / humus / Bokashi
  • Arrosage : Manuel
  • Milieu de culture : Substrat
  • Phase végétative : 5 semaines
  • Floraison : 8 semaines

Germination

La germination se fit directement dans du substrat humide dont voici la composition :

  • 40 % de terre
  • 10 % de perlite
  • 5 % de vermiculite
  • 13 % de fibre de coco
  • 7 % d’engrais minéral
  • 15 % d’humus de lombric
  • 10 % de Bokashi
Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 0

Placée dans un pot de 0,2 litre, la graine donna naissance à une plantule qui sortit du substrat au bout de 4 jours, attirée par la lumière de la chambre de culture et, en journée, par les beaux rayons du soleil dont elle se délectait.  Les cotylédons laissèrent ensuite place aux premières véritables feuilles dont la couleur et la structure étaient de bon augure pour la suite. La culture proprement dite pouvait donc commencer avec les paramètres suivants :

Paramètres de culture :

  • Température diurne : 28ºC
  • Taille de la plante : 0-8 cm
  • Température du substrat : 22ºC
  • Température nocturne : 22ºC
  • Durée d’éclairage : 20 heures
  • Humidité de l’air : 60%
  • Total des solides dissous : 450 ppm/0,6 EC
  • Volume d’arrosage : 0,01 L/plante/24 heures
  • pH : 6,3
  • Distance entre la lampe et la plante : 50 cm

Phase végétative

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 1

Première semaine de croissance de cette reine africaine, seule dans une chambre de 60 x 40 x 125 cm dotée d’une lampe Spider Farmer SF 1000 réglée à une puissance de 60% pour une consommation de 50 W. Je place la lampe à 20 cm de la plantule et l’alimente quotidiennement via application foliaire d’un mélange d’acides aminés et de lactoferment d’auxine.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 2

Au cours de la deuxième semaine, je déplace la plantule dans son pot définitif après un profond arrosage du substrat. C’est un pot « old school » de 7 litres avec aération latérale, agrémenté d’une décoration toute personnelle où domine le blanc, puisqu’il passera de longues heures au soleil au cours des semaines à venir.  Je commence l’inoculation de vie microbienne dans le substrat, ce qui aide à l’enracinement grâce au miel et aux lactoferment d’auxine. Je pratique une première taille apicale quelques jours plus tard, afin de palisser doucement la plante.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 3

La troisième semaine (une semaine depuis le rempotage et 5 jours après la taille apicale), on perçoit une première réaction au niveau des branches latérales. Les racines, quant à elles, poursuivent leur développement, profitant encore de l’humidité du premier arrosage. Il pleut aujourd’hui. J’en profiterai pour sortir la plante, afin qu’elle profite d’une bonne douche de cette pluie fine et chaude caractéristique de l’été.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 4

La quatrième semaine marque le début du palissage de la plante au moyen d’un LST (Low Stress Training). Par ailleurs, je réalise le premier arrosage en profondeur depuis le rempotage. La plante consomme maintenant deux fois plus d’eau et les nouvelles pousses se développent sans jamais s’arrêter, avec un espace internodal court, ce qui donne à la plante une allure compacte et qui permet un contrôle aisé de son développement vertical.

Paramètres de culture :

  • Température diurne : 30ºC
  • Taille de la plante : 8-34 cm
  • Température du substrat : 25ºC
  • Température nocturne : 26ºC
  • Durée d’éclairage : 21 heures
  • Humidité de l’air : 60%
  • Total des solides dissous : 700 ppm/0,6 EC
  • Volume d’arrosage : 0,2 L/plante/24 heures
  • pH : 6,3
  • Distance entre la lampe et la plante : 30 cm

Floraison

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 5

C’est au cours de la cinquième semaine que je passe en 12/12. Tout va pour le mieux. Je réalise une nouvelle taille apicale sur les deux séries de branches les plus basses, afin de les renforcer. Et j’ajuste périodiquement les points d’attache pour obtenir une canopée de colas ceignant d’une belle couronne verte cette royale plante. Je pratique un arrosage en profondeur deux fois par semaine. La plante réagit bien à l’augmentation significative de l’EC. Je pratique une application foliaire spéciale à base d’hormones auxiniques, de cytokinines et d’acide gibbérellique, ce qui stimule la division cellulaire et le développement de branches et pousses latérales.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 6

Durant la sixième semaine apparaissent les premiers pistils. La plante est adulte… Quatre branches principales accompagnées de nombreuses branches secondaires sont gages d’une belle production. Je continue inlassablement mon labeur d’ajustement des points d’ancrage des branches pour donner à la plante la forme parfaite, celle d’une colonne qui profiterait à fond de l’espace dont elle dispose, puisque l’espace latéral manque dans mon installation. Je l’hydrate au mieux pour lui permettre de lutter contre une vague de chaleur. Je dois à cette beauté de la protéger de toute souffrance. Elle mérite toutes mes attentions.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 7

Au cours de la septième semaine, les fleurs commencent à se manifester. Les températures sont plus acceptables mais les nuages sont nombreux dans le ciel. La plante passe donc le plus clair de son temps dans la chambre de culture. Elle consomme énormément d’eau et je pratique un arrosage en profondeur tous les 3 jours. Cette semaine est aussi celle d’un supplément d’amendement au moyen de ce que les Espagnols nomment des « microorganismes de montagne », terme qui désigne des champignons, bactéries, mycorhizes, levures et autres organismes bénéfiques.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 8

La huitième semaine voit perdurer le temps nuageux et humide. La plante demeure donc cantonnée à la chambre de culture. Les fleurs émergent en bouton sur l’ensemble de la plante, immaculés et impétueux. Semaine d’arrosages légers, en préparation de ce moment tant attendu qu’est la floraison pleine et entière. Les arrosages en profondeurs sont réalisés tous les 3-4 jours.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 9

En cette neuvième semaine, la plante n’a toujours pas révélé la morphologie définitive de ses colas. Mais les boutons floraux poussent puissamment ornés de pistils immaculés. Chaque 15 jours, j’ajoute un peu (3 grammes par litre de terre) d’un mix d’amendements composé d’humus de lombric et de paillis tamisé provenant d’autres cultures et qui est particulièrement riche en microorganismes. La fréquence d’arrosage demeure stable (tous les 3 jours). Il est temps de retirer tous les points d’ancrage qui maintenaient les branches en place. Elles sont aujourd’hui assez solides pour soutenir leur propre poids.

Paramètres de culture :

  • Température diurne : 30ºC
  • Taille de la plante : 34-69 cm
  • Température du substrat : 25ºC
  • Température nocturne : 26ºC
  • Durée d’éclairage : 12 heures
  • Humidité de l’air : 68%
  • Total des solides dissous : 860 ppm/1,72 EC
  • Volume d’arrosage : 0,4 L/plante/24 heures
  • pH : 6,4
  • Distance entre la lampe et la plante : 15 cm

Maturation

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 10

La dixième semaine est particulièrement étrange. En raison de problèmes d’approvisionnement en électricité, j’ai dû laisser ma plante dans l’obscurité totale et entièrement privée d’eau pendant quatre jours, Les choses sont ensuite revenues dans l’ordre et j’ai à nouveau pu l’éclairer. Mais elle semble avoir souffert. Ses feuilles sont fripées et les colas présentent un aspect très (trop) mature. Mais tout n’est pas perdu. Et, dans le fond, c’est une expérience enrichissante qui m’apprend comment le cannabis réagit à une période d’obscurité prolongée en pleine floraison. Il faut chercher le positif en toute situation.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 11

Au cours de la onzième semaine, la plante évolue bien et recouvre peu à peu la santé. Elle avait d’abord montré des traces de vieillissement prématuré. Mais, aujourd’hui, entre arrosages stimulants, lumière de qualité (artificielle de nuit et naturelle en journée) et une heure d’éclairage supplémentaire (13/11), elle récupère bien. Sa consommation d’eau augmente, ses colas prospèrent et sa densité générale croit. C’est manifestement une plante très résistante. En fonction de son évolution cette semaine, je passerai à la récolte ou j’attendrai quelques jours de plus.

Journal de Culture – Kaboom, La Reine d’Afrique
Semaine 12

Durant la douzième semaine, la dernière avant la récolte, je laisse la plante consommer l’eau de son dernier arrosage. Durant les deux derniers jours, je l’éclaire en permanence : en journée, je la place à ma fenêtre et elle passe la nuit dans la chambre de culture. Cette décision n’est pas vraiment réfléchie. Certains, au contraire, laissent plutôt leurs plantes dans le noir durant les deux derniers jours de leur vie. Moi, je crois que la lumière stimulera la photosynthèse… Je suis né rebelle et je n’ai pas l’intention de changer.

Je passe à la récolte, au séchage et l’affinage. C’est la fin de l’aventure que m’a fait vivre cette plante. ¡Todo por la causa! comme on dit en Espagne.

La récolte de la Kaboom

Après la taille humide, la Kaboom m’a offert 140 grammes de fleurs. Après séchage, c’est 42 grammes que j’ai en ma possession. Avec une LED de 100 W, le ratio gramme par watt est donc de 0,42. J’ai cultivé en pot de 0,08 m2, pour un rendement final de 525 grammes par mètre carré.

Ce fut une culture étrange et atypique, caractérisée par les changements d’environnement, un petit pot de seulement 7 litres et des lampes standards qui ne sont pas bien indiquées pour ce type d’activité. Et pour ne rien arranger, deux semaines avant la récolte, j’ai dû imposer 4 jours d’obscurité à cette belle plante qui y a réagi par un vieillissement prématuré qu’elle n’a jamais pu totalement rattraper.

Et pourtant, la Kaboom s’est montrée d’une incroyable résilience. Malgré des conditions de culture si adverses et hostiles, elle m’a offert une quantité de fleurs que seule une génétique aussi pure et noble qu’elle pouvait fournir. Une vraie reine. God save the queen of Africa !

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Rabais -50% Génétique américaine

Purple Kush

Depuis: 105.00€ 52.50€

Partager: