L’hôpital Sunnybrook va prescrire du cannabis médical à ses patients

L’hôpital Sunnybrook va prescrire du cannabis médical à ses patients

Pour: Rebeca Argudo Médical

Le Sunnybrook Health Sciences Center, à Toronto, est l’un des plus importants hôpitaux canadiens et le premier qui, dans le cadre d’une initiative pionnière à l’échelle internationale, à commencer à fournir à ses patients des produits à base de cannabis médical sur prescription médicale, sous contrôle de professionnels spécialisés formés à cet effet. Grâce à la pharmacie du centre d’oncologie de l’hôpital, Odette Cancer Center, et en collaboration avec Avicanna Inc., une société de biotechnologie leader dans la recherche et le développement de produits à base de cannabinoïdes, des traitements alternatifs basés sur cette ligne de produits RHO Phyto développés par Avicanna seront mis à la disposition des patients de l’hôpital. Il s’agit d’une gamme de produits médicaux fabriqués à partir de cannabinoïdes végétaux de haute qualité, soumis aux contrôles et analyses les plus stricts.

Comme l’explique l’hôpital, pour l’équipe soignante, l’aspect le plus important de ce projet est la sécurité du patient c’est à dire garantir l’accès à des produits cannabinoïdes de première qualité, le contrôle et la surveillance du dosage, des symptômes et des effets des traitements, sans perdre de vue l’information que le patient reçoit à tout moment, ainsi que la formation spécifique du personnel médical.

La législation canadienne autorise les hôpitaux équipés de l’infrastructure nécessaire à stocker et à distribuer des produits à base de cannabis médical. Cette initiative s’inscrit donc dans le cadre légal et représente une avancée significative dans le domaine de la médecine du cannabis.

 

 

Avicanna se félicite de cet accord qui représente une reconnaissance de la qualité de ses produits aux yeux de la communauté médicale. Ils soulignent l’importance de l’étroite collaboration avec l’équipe de Sunnybrook et avec les programmes d’éducation, d’information et de soutien des patients qui constituent une partie fondamentale de ce projet.

En mars de cette année, la société Avicanna a conclu un accord avec la star de la NBA, Al Harrington, afin d’obtenir la licence de sa marque Viola pour créer des formules spécifiques destinées à être vendues au Canada dans les circuits de vente au détail dans le milieu médical et au grand public, ce qui en fait la première multinationale de cannabis détenue par un black dans le monde.

Selon Aras Azadian, PDG d’Avicanna, ce partenariat est significatif car il s’agit de l’union de deux entreprises dirigées par des minorités et du résultat de deux années de collaboration.

« Nous sommes fiers de soutenir la vision d’Al Harrington et sa marque Viola dans leur expansion au Canada », a déclaré M. Azadian dans une interview. « Il s’agit d’une occasion unique d’offrir non seulement l’accès à une marque de cannabis haut de gamme, mais aussi une philosophie humaniste dans laquelle notre communauté multiculturelle du Canada peut se reconnaître. »

Malgré le fait que de nombreuses études aient déjà démontré les bienfaits de la plante et de ses dérivés, une grande majorité des centres de santé sont encore réticents à prescrire des médicaments à base de cannabis médical. Cette expérience, pionnière dans le monde, pourrait constituer un grand pas en avant vers l’acceptation et la confiance de la communauté médicale dans les médicaments à base de cannabidoïdes comme option thérapeutique, ce qui pourrait améliorer la qualité de vie de nombreux patients.

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: