Back to top
Según el CIS, el 84% de los españoles legalizaría el cannabis medicinal

D'après une enquête du CIS (Centro de Investigaciones Sociológicas, Centre de Recherches Sociologiques) réalisée à presque 3 000 personnes de 292 municipalités et 49 provinces d'Espagne, 84% des espagnols légaliseraient le cannabis pour des fins médicinales. Selon le sondage du Centre de Recherches Sociologiques, cela voudrait dire que la grande majorité des espagnols est pour la règlementation de la plante dans sa dimension thérapeutique.

Les chiffres de cette macro-enquête réalisée en novembre et publiée au début du mois de décembre a plusieurs lectures. L'enquête, qui fait 34 pages, recueille la plupart des inquiétudes des citoyens mais aussi la situation économique générale de l'Espagne, les trois principaux problèmes du pays, la gestion du gouvernement actuel ou le changement climatique et ses possibles solutions.

La légalisation du cannabis divise les espagnols

La légalisation ou non du cannabis est aussi la protagoniste d'un des principaux blocs de cette enquête du CIS. La première question prétend recueillir l'opinion des citoyens et est formulée de la manière suivante:

“Comme vous le savez, il y a certains pays dans lesquels, dernièrement, on a légalisé la vente de marijuana. Êtes-vous pour ou contre la légalisation de la vente de marijuana en Espagne dans des établissements déterminés et sous certaines conditions?"

En réponse à cette question: si les personnes interrogées sont pour ou contre la vente de marijuana, 47,2% ont répondu qu'ils seraient pour, 41,6% ont manifesté qu'ils seraient contre et 10,4% ont exprimé qu'ils ne savent pas, le 0,8% restant a choisi de ne pas répondre.

La grande majorité dit oui au cannabis médicinal

La question suivante est beaucoup plus concise et se réfère au caractère thérapeutique de la plante.

Et concrètement pour l'usage médicinal?

Les résultats à cette question, c'est que 84% seraient pour la vente de marijuana pour des fins thérapeutiques et seulement 9,2% seraient contre cette régularisation. 6,4% ne savent pas et 0,4% ne répond pas.

Alors, la conclusion est que presque la moitié de la population espagnole est divisée au sujet de la légalisation totale du cannabis (c'est-à-dire de forme ludique et médicinale) puisque 47,2% le légaliseraient dans des établissements déterminés et sous certaines conditions. Mais ce résultat change radicalement si les objectifs sont médicinaux car 84% diraient oui à la légalisation de la plante pour son usage thérapeutique.

Compte tenu qu'il s'agit de l'enquête officielle de l'État, l'intérêt social pour cette question est clair. Surtout en tenant compte que l'on a déjà démontré son pouvoir anti-inflammatoire, antidépressif ou analgésique et que des milliers de personnes l'utilisent déjà en Espagne à ces fins, même s'ils doivent encore s'adresser au marché noir pour en avoir. Le oui gagne de peu dans la légalisation générale (47,2%) et avec une majorité écrasante si l'on parle de ces propriétés médicinales (84%).

Un thème d'actualité au Congrès

Maintenant que le groupe parlementaire Unidos Podemos -En Comú Podem-En marea a mis sur la table le débat sur la régularisation du cannabis, ça semble un bon moment pour savoir vers où ira l'Espagne en cette matière. On sait seulement que la loi continue à être ambigüe car il est interdit de posséder, acheter, vendre et consommer sur la voie publique mais il est permis de consommer en privé et de cultiver à la maison pourvu que la plante ne se voit pas depuis la rue et ne dépasse pas certaines limites. Tout cela d'après la Loi de Sécurité Citoyenne, connue populairement sous le nom de Ley Mordaza("loi bâillon") du défunt gouvernement populaire de Mariano Rajoy.

Le gouvernement socialiste n'exprime pas de position

Quant à l'actuel gouvernement socialiste, on sait seulement que Pedro Sánchez a répondu " Chaque chose en son temps. J'ai déjà assez de problèmes comme ça" lorsqu'on lui a demandé son opinion pendant sa visite au Canada, premier pays du G7 à avoir légalisé l'usage ludique et médicinal de la marijuana, deuxième du monde après l'Uruguay. Aucune des Ministres de la Santé ne s'est prononcé non plus, ni Carmen Montón (qui a démissionné), ni María Luisa Carcedo.

Le bon moment pour en débattre

Maintenant que le Baromètre du CIS a montré l'opinion des espagnols, ce serait le bon moment pour que les partis politiques continuent à travailler dans ce sens-là. Et d'autant plus, tenant compte des résultats de cette enquête, que 0,3% seulement des personnes interrogées par le Centre de Recherches Sociologiques croient que les drogues en général sont un problème. Le chômage (58,5%), la corruption et la fraude (29,4%) ou la santé (10,8%) se situent eux parmi les principaux problèmes pour les espagnols selon l'étude sur cet échantillon.

 

The cultivation of cannbis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

The purpose of this publication is purely informative, horizontal transfer of technical horticultural information.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published here.

Commentaires

The cultivation of cannbis for self-consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

The purpose of this publication is purely informative, horizontal transfer of technical horticultural information.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published here.