/fr/blog/la-cochenille-comment-combattre-lun-des-parasites-les-plus-dangereux-du-cannabis
cochinilla-bestiario

La cochenille. Comment combattre l’un des parasites les plus dangereux du cannabis

Pour: Contributor Grow

La culture de cannabis est une activité agréable qui, hélas, peut virer au cauchemar si vos plantes subissent l’attaque de l’un des parasites les plus fréquents de la Marijuana (surtout dans les cultures en extérieur), telle la cochenille, par exemple. C’est pourquoi cet article vous apprendra à prévenir et éliminer cet intrus parmi vos plants de cannabis.

La cochenille est un petit insecte à l’appétit insatiable s’alimentant de la sève des plantes de marijuana. Ce parasite n’épargne personne et tous les cannabiculteurs ont dû y faire face, même les plus expérimentés. Il est donc essentiel de connaitre les mesures préventives pour empêcher son installation dans vos cultures, ainsi que les moyens de s’en débarrasser s’il s’y est déjà fait une place.

À quoi ressemblent les cochenilles ?

Ces petits hémiptères, dont il existe environ 1.500 espèces différentes rassemblées au sein de la superfamille des Coccoidea, possèdent un corps blanc et aplati de forme ovale mesurant de 1 à 5 millimètres. Il s’agit là d’une description générique qui cache des différences parfois importantes entre les diverses espèces. Le type de cochenille qu’on retrouve le plus souvent dans les cultures de cannabis est la Planococcus Citri, aussi connue comme « cochenille des agrumes » ou « cochenille blanche de l’oranger », ainsi que la cochenille brune, laquelle est dotée d’une carapace dure de couleur brune.

La cochenille des agrumes est aisée à identifier, puisque son corps est recouvert d’une sécrétion cireuse blanchâtre à l’aspect cotonneux dont elle se sert pour protéger ses œufs. Elle s’accroche aux branches, autant entre les feuilles elles-mêmes qu’entre ces-dernières et la tige de la plante. C’est là qu’elle suce la sève, affaiblissant les plants de cannabis et causant toutes sortes de problèmes de développement. Mais en plus, elle peut aussi attirer d’autres insectes et agir comme vecteur de maladies.

La cochenille. Comment combattre l’un des parasites les plus dangereux du cannabis
Cochenille des agrumes vs cochenille brune

Les cochenilles se reproduisent très vite, si bien que plusieurs générations peuvent coexister durant une même saison de culture. Cette capacité de prolifération lui a paradoxalement joué des tours au cours des siècles car l’homme l’a exploité pour produire le rouge carmin, ou « rouge cochenille », l’un des pigments naturels les plus utilisés dans le monde, qui s’obtient en desséchant et broyant le corps de la cochenille femelle (Dactylopius Coccus, un insecte parasite du cactus nopal, le cactus emblématique du Mexique). Les Aztèques utilisaient déjà ce pigment bien avant l’arrivée des Espagnols. Et, au XVIe siècle, les Européens développèrent une véritable obsession pour ce pigment au rouge si intense, si bien qu’il devint rapidement l’un des plus précieux produits issus des Amériques.

Le cycle de vie de la cochenille

La cochenille passe par différentes phases au cours de sa vie, phases qui varient d’un individu à l’autre, fruit d’un dimorphisme sexuel assez marqué : 

  • Les femelles commencent leur vie par le stade de l’œuf, suivi de trois phases de nymphe et, enfin de l’âge adulte.
  • Les mâles, eux, passent de la phase de l’œuf à deux stades nymphaux, puis à une période pseudopupale avant de devenir adultes. Par ailleurs, les mâles sont dotés d’ailes mais dépourvus de bouche, si bien qu’ils ne se nourrissent pas. Une fois sortis de leur cocon après leur dernière mue, leur vie est donc entièrement consacrée à la fécondation des femelles.

Quels sont les dégâts causés par la cochenille sur les plants de marijuana ?

S’alimentant de la sève des plants de cannabis, la cochenille affecte la vitalité et la vigueur de ceux-ci car elle empêche leur sain développement. Si cet insecte s’installe au sein de vos cultures durant la phase végétative, il pourra entraver la croissance de nouvelles branches et feuilles, puisqu’il ralentira les processus biologiques de la plante. Celle-ci ne développera donc pas la stature nécessaire à la production d’une récolte satisfaisante.

Si elle s’attaque à vos plantes pendant leur floraison, la cochenille pourra affecter négativement la quantité et la qualité des fleurs. Votre précieuse récolte en sera donc compromise.

Le danger que représente la cochenille ne réside pas uniquement dans son vorace appétit. Son impressionnante capacité reproductive contribue, elle aussi, à en faire un danger pressant. En effet, dans des conditions environnementales optimales, chaque femelle peut pondre jusqu’à 2.000 œufs. La moyenne se situe toutefois entre 300 et 500 œufs par individu. Une poignée de ces insectes peut donc rapidement mener à une infestation incontrôlable. Pour ne rien arranger, les mâles sont capables de voler à la recherche de femelles. Le danger peut donc rapidement s’étendre à toute une plantation.

Mais ce n’est pas tout ! En suçant la sève des plantes, la cochenille peut les infecter avec des toxines susceptibles de transmettre des virus. Cerise sur le gâteau, ces insectes sécrètent une sorte de miellat qui, en plus d’attirer les fourmis, favorise la prolifération de champignons comme le mildiou ou la moisissure noire. On comprend donc aisément que ces minuscules insectes soient le cauchemar des cannabiculteurs, même les plus aguerris.

La cochenille. Comment combattre l’un des parasites les plus dangereux du cannabis
Cochenilles dans différentes phases assistées par les fourmis

Comment prévenir l’apparition de la cochenille sur vos plants de cannabis ?

La cochenille prolifère dans les environnements chauds et secs. Ainsi, que vous cultiviez en intérieur ou en extérieur, tâchez de leur compliquer la vie :

  • En intérieur, maintenez une ventilation correcte et contrôlez la température afin qu’il ne fasse pas trop chaud (tout en restant dans la plage nécessaire au développement optimal de la marijuana).
  • Examinez régulièrement vos plantes à la recherche des premiers signes de la présence de cochenilles. Prêtez une attention particulière aux tiges et à l’envers des feuilles, ainsi qu’à la jonction entre la tige et les branches.
  • Recherchez les traces collantes du miellat ou directement l’enveloppe blanche qui protège ces insectes.
  • Encouragez l’installation des prédateurs naturels de la cochenille, telles les coccinelles ou les guêpes.
  • Installez ces fameux papiers englués jaunes qu’on utilise à l’encontre des mouches. Capables de voler, les mâles s’y piègeront. Il vous sera donc aisé d’identifier les prédateurs auxquels vous avez affaire.

Comment éliminer la cochenille de vos plants de cannabis ?

Si, malgré ces précautions, la cochenille s’installe parmi vos plants de cannabis, agissez au plus vite, avant que l’infestation ne s’étende. Pour commencer, repérez et éloignez immédiatement les plantes infestées. Ensuite, passer au traitement proprement dit :

  • Élimination manuelle : humidifiez un bout de coton dans une solution au savon et à l’alcool à brûler et retirez soigneusement les cochenilles que vous trouverez sur les branches. Gardez à l’esprit que cet insecte se fixe solidement sur la plante, mais aussi qu’il se cache sous son enveloppe protectrice. Cette élimination manuelle sera donc compliquée et laborieuse. C’est néanmoins le moyen le plus efficace de se débarrasser de cet intrus.
  • Par la suite, examinez vos plantes quotidiennement et retirez tout ce qui ressemble de près ou de loin à une cochenille qui serait passée entre les mailles du filet de la première élimination manuelle.
  • Lavez soigneusement les résidus gluants que la cochenille laisse sur son passage avec du savon de potassium. Vous éviterez ainsi l’apparition de champignons ou de fourmis.
  • Si des fourmis attirées par le miellat ont déjà fait leur entrée dans votre culture, éliminez-les également.
  • Durant la phase végétative, vous pouvez utiliser des pyréthrines organiques pour éliminer la cochenille de vos plantes.
  • Après la récolte, examinez méticuleusement vos fleurs, afin de vous assurer qu’elles soient totalement exemptes de cochenilles.
La cochenille. Comment combattre l’un des parasites les plus dangereux du cannabis
Représentation d’une cochenille issue du Bestiaire Kannabia des Parasites du Cannabis. Vous pouvez le télécharger gratuitement via ce lien !

Avec la cochenille, comme avec tout autre parasite, maladie ou pathogène dangereux pour le cannabis, la prévention demeure le maitre-mot. N’oubliez jamais qu’une hygiène irréprochable et de bonnes habitudes de cultures vous éviteront bien des difficultés. Par ailleurs, en cas de problème, une intervention rapide est cruciale pour protéger vos plantes. Ainsi, si vous repérez les signes avant-coureurs de la présence de cochenilles, agissez avec célérité, détermination et intelligence. Vos plants de cannabis sauront vous remercier de vos bons soins !

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Rabais -40% Nouvelle

Moby Dick

Depuis: 139.00€ 83.40€

Partager: