Le Pakistan légalise la production de chanvre

Le Pakistan légalise la production de chanvre

Pour: Rebeca Argudo Activisme

Le Pakistan fait un grand pas de géant avec l’audace décision de légaliser la culture domestique de cannabis médicinal et de chanvre dont le niveau de THC respecte la conformité légale. La production de chanvre aura lieu dans la région de Potohar, au nord de Punyab où le climat permet la culture en extérieur.

Après avoir dépassé les fortes divergences entre le gouvernement et l’opposition, le ministre des sciences et de la technologie, Mr Fawad Chadhry, annoncé sur Twitter de manière enthousiaste l’approbation de la première licence @MinistryofST. Malgré la stigmatisation et le maintien de l’illégalité du cannabis qui contient du THC, cette décision historique place le Pakistan sur le marché mondial du cannabidiol (CBD), grâce au rôle important qu’il joue dans le domaine de la médecine thérapeutique.

Vu que pendant longtemps on a cultivé de façon illégale – dans les districts nord du Pakistan, le long de la frontière afghane – le pavot pour la production d’opium, d’héroïne et le cannabis, le ministre a mis particulièrement l’accent sur le fait que la culture du chanvre soit autorisée uniquement sous contrôle rigoureux du gouvernement. Cette précision a été faite à cause de l’opposition de certaines sections de la population qui ont mal interprété cette décision en l’utilisant comme feu vert pour produire de la drogue. « La production de la plante a, pour l’instant, seulement été approuvée pour se dérouler sous contrôle gouvernemental » a indiqué Chadhry ; il a aussi ajouté que le gouvernement adoptera les garanties nécessaires et que de nouvelles recherches sur la matière seront mises en œuvre ». On envisage que, lors de la phase suivante, aussi bien des entreprises privées que des particuliers pourraient s’incorporer au marché avec leurs licences correspondantes.

 

 

Avec ce plan, le gouvernement pakistanais aspire à générer près d’un milliard de dollars de bénéfices dans les trois prochaines années dans des domaines si différents comme la culture, la production, la recherche et l’exportation de cannabis à usage médicinal.

En général, cette mesure fait partie de l’initiative du Ministère des Sciences : le plan général pour promouvoir et perfectionner les pratiques d’agriculture non conventionnelle. Les graines de chanvre seront utiliser pour produire de l’huile, les feuilles pour usage médicinal et la fibre provenant des branches et des troncs de chanvre remplacera le coton – une industrie qui brasse environ 25 milliards de dollars et qui est actuellement en déclin en raison des bas prix du produit et de la plus en plus mauvaise qualité des graines. C’est ce qui a mené le Pakistan à chuter au classement dans lequel il est arrivé à être le quatrième producteur mondial. Par conséquent, le remplacement du coton par la fibre provenant de la plante du chanvre dans l’industrie textile facilitera la production d’une grande variété de produits textiles ; celle-ci entraînera une augmentation des recettes du pays qui répercuteront sur la communauté et une industrie en plein essor se développera au niveau global avec des recettes millionnaires.

Pour le Gouvernement, la culture de chanvre est envisagée comme une façon de promouvoir l’économie qui voit son PIB diminuer depuis des décennies. On s’attend à la création de milliers de postes de travail dans des secteurs comme la culture, la recherche, la production, le transport ou la vente.

C’est un paradoxe dans une région si conservatrice où la consommation d’alcool est strictement interdite parmi les musulmans qui, à la fois, sont nombreux à avoir une attitude franchement ouverte par rapport à la consommation de cannabis. La plante, d’ailleurs, est antérieure à l’Islam dans la région et on y fait déjà référence dans les textes sacrés hindous, décrivant ses multiples vertus médicinales et les rituels. Il s’agit, en plus, d’une plante qui est pratiquement endémique en ce lieu où il n’est pas étonnant de la voir pousser comme les mauvaises herbes même dans la capitale Islamabad.

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: