Easyjoint, la fièbre de l’or vert en Italie

Easyjoint, la fièbre de l’or vert en Italie

Pour: Laura Rueda Activisme

EasyJoint est la nouvelle révolution en Italie. Cette marque, crée par Luca Marola, s’est positionnée comme l’entreprise leader de cannabis light dans le pays. Dans tout le territoire italien, on trouve déjà plus de 450 points de vente de ce projet spécialisé en marijuana à faible teneur en THC. Cette tendance, qui triomphe dans plusieurs zones, connaît une véritable révolution dans la péninsule méditerranéenne et, selon le média international The New York Times, est déjà connue comme “la fièvre de l’or vert”.

Easyjoint, la fièbre de l’or vert en Italie

“Les meilleures sélections de cannabis légal, en accord avec les lois italiennes. Cultivé entièrement en Italie, selon les techniques biologiques, la sécurité absolue de nos produits est garantie à travers les systèmes de traçabilité innovateurs”. Ceci est la présentation de la page web d’Easyjoint pour ses usagers, qui, en plus de boutiques physiques, fournit ses produits grâce à la vente en ligne.

Le cannabis light que vend Easyjoint a une concentration de THC comprise entre 0,2% et 0,48%. Selon la loi italienne, les produits à la vente ne doivent pas dépasser 0,6% de ce cannabinoïde. Cela signifie que ces fleurs, qui sont en vente libre, n’ont aucun effet psychotrope mais produisent un effet relaxant à ceux qui les consomment. Le CBD et autres composés actifs varient en fonction des produits et des lots. “EasyJoint est une gamme de produits composée de plusieurs types d‘inflorescence féminine de Cannabis Sativa L. sélectionnées pour leur plus haute qualité, cultivées naturellement, coupées et traités à la main”, nous racontent-ils sur leur web.

Cette entreprise dont le siège est situé à Parme a été fondée en mai 2017 et a commencé son activité par le biais de la vente en ligne. Puis, est arrivée la chaîne de franchises avec une présence physique dans tout le pays. Easy joint ne présente à aucun moment ses produits comme médicinaux, même si la haute concentration de CBD (cannabidiol) et CBN (cannabinol) aide dans certains processus comme l’insomnie ou différentes douleurs puisqu’ils ont des propriétés anti-inflammatoires et sédatives. Par contre, ils revendiquent son utilisation comme substitut naturel du tabac.

Easyjoint, la fièbre de l’or vert en Italie

Tenant en compte ce profil, le Target d’acheteurs et d’acheteuses d’Easyjoint est très variée et de différents âges : personnes qui ont arrêté de fumer ; anciens consommateurs de cannabis à qui manque le goût du cannabis ; parents qui préfèrent que leurs enfants consomment un produit régulé et leur achètent directement avant que ceux-ci ne l’acquièrent au marché noir ; patients avec une certaine douleur ou pathologie.

Pourtant, ce type de produits est vendu avec une “indication”, qu’il se soit ni fumé, ni avalé mais qu’il soit pris en infusion ou inhalé en vaporisateurs. Il est indiqué aussi sur les graines vendues qu’elles ne sont pas prévues pour la consommation humaine, ni pour être cultivées puisque ce sont des articles pour “collectionneurs”. En Italie, le cannabis light est réglementé par la loi qui régule la production du chanvre, loi qui est entrée en vigueur en décembre 2016.

Derrière EasyJoint, il y a une véritable révolution de consommation, vu que ses ventes ont explosé depuis qu’il a fait surface, et, selon les données de l’entreprise, ils reçoivent une commande toutes les 30 secondes. Mais, en plus, il y a une revendication politique, vu que Luca Marola, son créateur, a toujours dit que cette marque est une “provocation institutionnelle” pour que, petit à petit, on avance en faveur de la légalisation de la plante. L’objectif est d’effacer ainsi la stigmatisation dont elle souffre encore et atteindre sa légalisation complète, en surmontant enfin le prohibitionnisme.

 

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: