Back to top
Israel auf dem Weg zum Cannabis-Exporteur

Israël nous devance en matière de cannabis depuis plusieurs décennies puisqu'il est leader mondial en recherche et aussi en cultures pour usage thérapeutique de la plante. Ces jours-ci on reparle d'approuver un amendement à un projet de loi qui permet d'exporter du cannabis médicinal à d'autres pays.

En 2016 déjà, le Knesset ou Parlement israélien a approuvé ce projet de loi à faveur des exportations. Et le 25 décembre dernier, il s'en est sorti avec un vote réussi : 21-0 ; même s'il faut encore que le premier ministre, Benjamin Netanyahu, et les ministres du cabinet approuvent ce projet de loi.

Aucune voix contre

21 voix pour et aucune contre, c'est un résultat extrêmement positif. De cette façon, tous les partis du gouvernement d'Israël soutiennent le seizième amendement au projet de loi qui concerne les aspects réglementaires de l'exportation du cannabis médicinal. Cette loi permet que les agriculteurs cultivent la plante pour usage thérapeutique mais avant ils doivent obtenir une licence du Ministère de Santé, de la Police et de l'Autorité de contrôle des producteurs.

La police israélienne rentre en jeu

D'après la compagnie Seedo, cet amendement "autorise la police israélienne à réaliser le contrôle et à délivrer des autorisations pour la culture, la croissance et l'exportation de cannabis et de produits liés au cannabis, éliminant ainsi un obstacle légal à l'approbation finale de l'exportation du cannabis médicinal, qui est attendu pour 2019". De ce fait, Israël est plus proche de devenir un pays exportateur de cannabis médicinal où la participation de la police était indispensable pour l'approbation finale.

Rappelons que début 2018 le Premier Ministre d'Israël Benjamin Netanyahu a suspendu la réforme à cause des désaccords entre les forces de police. Et pendant plusieurs années, cette loi a été paralysée parce que les services de police avaient peur qu'avec cette loi se crée aussi un marché noir. Cette crainte disparaît avec le contrôle qu'ils assurent pour l'obtention des licences.

De cette manière, chaque personne qui voudra exporter du cannabis à d'autres pays devra demander une licence à la police et celle-ci pourra répondre par une recommandation positive ou négative. Le département policier dispose de quatre mois pour répondre aux demandeurs nationaux et six mois pour donner une réponse aux investisseurs étrangers. Ce projet de loi prévoit aussi une règlementation stricte. Si les exportateurs ne respectent pas les normes établies, ils s'exposent à d'importantes amendes et de longues peines de prison.

En attendant la résolution du gouvernement

En ce moment, la seule chose qui manque, c'est une résolution du gouvernement qui autorise l'exportation. Il faut rappeler qu'il s'agirait d'envoi à d'autres pays de cannabis pour des fins médicinales puisqu'en Israël la consommation ludique de la plante continue à être illégale. Même si, en 2017, grâce à un projet de loi, ils ont dépénalisé la possession de cannabis et la consommation personnelle. Sur leur page web, ils indiquent que "toute licence pour consommer du cannabis médicinal sera soumise à une licence du Ministère de la Santé".

Même les partis de la droite la plus conservatrice sont d'accord sur ses propriétés médicinales, Yoav Kisch, député de Likud, parti de Benjamin Netanyahu, a signalé l'énorme potentiel économique du cannabis en plus de ses propriétés médicinales, considérant que c'est un "produit bénit qui atténue la souffrance des malades".

Bonnes nouvelles pour les caisses de l'État

L'objectif final sera de réguler l'exportation de cannabis médicinal en plus de créer un marché cannabique médicinal qu'on estime qui fera rentrer environ 1.000 millions de NIS par an dans les caisses de l'État. L'impact économique de cette nouvelle loi sera extrêmement bénéfique. Actuellement, il y a huit entreprises qui cultivent du cannabis pour usage thérapeutique et beaucoup plus en train d'attendre l'autorisation officielle pour pouvoir le faire, selon les chiffres du Parlement israélien.

Avec ce nouveau projet de loi et la technologie dont dispose Israël, l'entreprise de cannabis d'Israël ICAN a calculé que le pays pourrait arriver à se positionner comme le centre technologique de cannabis médicinal le plus important du monde. Ils ont aussi estimé que d'ici cinq ans le marché cannabique du monde entier atteindra les 33.000 millions de dollars. En plus de voir venir la disparition de la stigmatisation de la plante et l'augmentation de sa demande.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.