Mila Jansen, la reine du haschich

Mila Jansen, la reine du haschich

Pour: Laura Rueda Culture

Quand Mila Jansen est arrivée en Hollande, étonnamment, dans le pays, il n’y avait pas de marijuana. C’était en 1955. C’est pourquoi la première chose qu’elle a fumée à 20 ans, à la fin de l’année 1964, a été du haschich et depuis ce moment-là, elle n’a pas essayé autre chose car c’est devenu sa drogue préférée. Son autobiographie, publiée en 2018, a pour titre: Comment je suis devenue la reine du haschich. Une histoire personnelle émouvante de l’un des icônes féminins les plus exceptionnels de l’industrie du cannabis de ces cinquante dernières années.

Mila Jansen, la reine du haschich

Une histoire fascinante

Même si Mila Jansen est née à Liverpool en 1944, depuis toute petite elle a commencé à bouger dans d’autres pays avec ses parents; d’ailleurs, avant d’arriver aux Pays Bas, elle avait déjà vécu en Indonésie. À travers des pages du livre: Comment je suis devenue la reine du haschich, nous, lecteurs, voyagerons dans pleins d’autres pays inexplorés et on vivra avec elle mille aventures, peut être difficiles d’imaginer de nos jours. Le coeur de la révolution des années 60 à Amsterdam, les fêtes de la plage de Goa en Inde, etc. On sera aussi complice de ses histoires d’amour et de chagrin.

Dans la biographie de Mila Jansen, on connaîtra son histoire et ses facettes comme mère, inventeuse, voyageuse, amante, pratiquante spirituelle, entrepreneuse, créatrice d’une multitude de business, etc. La vie a réservé à Mila de nombreux défis; l’un d’eux est d’être mère seule. Un autre, peut-être plus grand, est d’être pionnière dans le monde de la fabrication du haschich, une industrie jusque là traditionnellement masculine.

La précurseuse des coffee shops

Son époque la plus sauvage débuta juste après avoir essayer le haschich. À 21 ans, elle ouvrit la boutique Kink 22. C’était dans les années 60 à Amsterdam et en Novembre 1967, le business se transforma en maison de thé. Bien qu’ils n’aient jamais rien vendu, ce projet de la scène underground du moment peut être considérée comme l’un des premiers coffee shop du pays. Ils partageaient le shit qui arrivait de différentes parties du monde: Turquie, Liban ou Afghanistan. Mila Jansen devient ainsi la précurseuse des cafés les plus célèbres du monde.

Mila Jansen, la reine du haschich

Quatorze ans en Inde

La maison du thé n’a pas toujours vécu des temps idylliques. Quand la police entre en scène, Mila décide de déménager en Inde avec ses quatre enfants. Ils ont vécu là-bas presque une décennie et demie, 14 ans. Sa nature de femme entrepreneuse la poussa à débuter un projet de tissu avec des femmes autochtones. Depuis le pays asiatique, elles vendaient de gros pulls en laine fait à la main en Californie et des robes brillantes avec des perles et des strass de Delhi à New York.

Dans les années quatre-vingt-dix, jardinière à Amsterdam

Cette étape se termina et ils sont retournés à Amsterdam, l’endroit où Mila Jansen a vécu toute sa vie, enfin depuis l’âge de 11 ans. Elle est toujours revenue à l’industrie verte. Après l’Inde, elle a réussi à travailler comme cultivatrice et a démarré son propre jardin avec dix-huit lampes. Grâce à cela, elle pouvait payer ses factures et l’école de ses enfants. Malgré qu’elle et ses amis aient mis en commun treize jardins, toutes les bonnes choses ont une fin et cette fin arriva lorsqu’ils ont perdu 24 000 plantes dix jours avant la récolte de 1992.  

Une puissante autobiographie

Le jeudi 26 juillet 2018, Mila Jansen a présenté son autobiographie, comme ça ne pouvait pas en être autrement, au Hash Marihuana & Hemp Museum. Le lancement du livre a été mené à bien dans le cadre de l’exposition actuelle du musée We Are Mary Jane: Women of Cannabis. Lors de l’évènement, elle était accompagnée du photojournaliste Pieter Ten Hoopen. How I became the Hash Queen est édité par Mama Publishinget, à travers de 584 pages et 162 photos, elle nous raconte la vie fascinante de celle qui a été nommée, ça fait pas longtemps, l’une des 100 personnes les plus influentes dans le monde du cannabis.

Mila Jansen, la reine du haschich

Depuis le mouvement hippie des années soixante-dix à Amsterdam jusqu’a être une inventeuse de renommée mondiale de la technologie révolutionnaire de la fabrication du shit. Une puissante autobiographie qui, en plus de nous émouvoir avec la vie de l’auteur, nous apprend beaucoup de choses intéressants sur l’histoire plus contemporaine du monde du cannabis.

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: