terpenos_destacada

Comment les terpènes du cannabis participent à l’effet d’entourage

Pour: Daniel C. Médical

L’effet d’entourage génère un intérêt croissant au sein des communautés cannabique et scientifique. Il résulte de l’interaction complexe entre tous les composants du cannabis. Parmi ceux-ci, on trouve les terpènes, les composés aromatiques de la marijuana. Certains pensent même que les terpènes génèrent eux-mêmes des effets similaires à ceux produits par les cannabinoïdes. Voici le rôle de ces composés particulièrement odorants et leur potentiel thérapeutique. 

Les terpènes sont des composés organiques aromatiques présents dans de nombreux végétaux auxquels ils donnent goût et saveur. Ces sont les éléments constitutifs des huiles essentielles, ceux-là même qu’on ajoute aux savons, parfums et crèmes, voire à la nourriture. Durant des milliers d’années, ils ont été utilisés pour leurs multiples propriétés thérapeutiques.

Le cannabis – plante connue pour l’énorme éventail d’arômes et de saveurs spécifiques à chaque génétique – est particulièrement riche en terpènes. En voici les principaux :

  • ß-Myrcène
  • α-Pinène
  • ß-Pinène.
  • Limonène
  • Linalool
  • ß-Caryophyllène

Ces terpènes sont ceux qu’on rencontre en plus grande quantité dans le cannabis. Pour autant, ils ne sont pas seuls dans la plante, puisqu’on peut y retrouver jusqu’à 400 terpènes différents. C’est la combinaison spécifique de ceux-ci dans des proportions uniques qui donne à chaque génétique son large éventail de saveurs et d’arômes : arômes d’agrumes, de pin, de bois, de café, d’herbes ou de diesel, par exemple.

Mais les différents profils terpéniques du cannabis n’affectent pas uniquement l’odeur et le goût des plantes : ils ont un impact direct sur leurs effets.

Comment les terpènes interagissent-ils dans notre corps ?

Les terpènes peuvent interagir avec un large éventail de récepteurs et neurotransmetteurs. Ils peuvent ainsi activer les mécanismes cellulaires impliqués, par exemple, dans la libération de dopamine, dans la réduction de l’anxiété ou encore dans l’arrêt des processus inflammatoires. Voici quelques exemples :

  • ß- Myrcène : l’un des terpènes les plus courant dans la plante de cannabis, auquel on attribue des effets pharmacologiques particulièrement variés, tels le renforcement de l’activité antibiotique de certaines huiles essentielles ou une action sédative ou analgésique.
  • Limonène : terpène commun aux agrumes qu’on retrouve fréquemment dans le cannabis, il stimule la production de sérotonine, réduit l’anxiété et stimule le système immunitaire. On lui connait aussi des propriétés antibiotiques.
  • α-Pinène : terpène à l’action anti-inflammatoire, bronchodilatatrice et antibiotique.
  • Linalool : terpène caractéristique de la lavande, de la rose et du basilic, on le trouve en grande quantité dans le cannabis. Il engendre un effet sédatif, antidépresseur et anti-anxiolytique, tout en contribuant au renforcement du système immunitaire. 

Elle est longue la liste des terpènes aux propriétés thérapeutiques, d’autant plus que la gamme de voies cellulaires en jeu est extrêmement variée. Pour ne rien simplifier, les terpènes ne se contentent pas de leurs effets propres : ils influencent l’activité d’autres composés du cannabis. Cette influence donne lieu au fameux « effet d’entourage ».

Qu’est-ce que l’effet d’entourage ?

Les scientifiques ont débattu durant des années de la manière dont les divers composants du cannabis interagissent pour engendrer des effets uniques et spécifiques à chaque variété. Ils ne sont parvenus à comprendre ce qui provoque cet effet et les composants qui en sont responsables que fort tard.

L’effet d’entourage dans le cannabis ne fut, en effet, proposé qu’en 1998 par les chimistes israéliens Raphael Mechoulam et Shimon Ben-Shabat. Ils affirmèrent alors que les divers composés de la plante (cannabinoïdes, terpènes, flavonoïdes…) agissent en synergie pour renforcer leurs propriétés respectives. En relation les uns avec les autres, les composés du cannabis provoquent donc des effets plus puissants qu’isolés les uns des autres.

Si l’interaction entre le CBD et le THC est relativement bien connue, ces deux cannabinoïdes ne peuvent expliquer à eux seuls la grande variété d’effets thérapeutiques et psychoactifs générés les diverses génétiques (effets sédatifs, relaxants, excitants, etc.). Ce sont les terpènes qu’on suspecte de jouer un rôle déterminant dans la médiation de ces effets.

Effets indica et sativa et terpènes

On pense que les terpènes jouent, dans l’effet d’entourage, un rôle déterminant qui expliquerait la différence des effets psychoactifs provoqués par deux variétés qui posséderaient les mêmes cannabinoïdes dans des proportions identiques. Cette hypothèse pourrait bien expliquer la différence d’effets générés par les Indicas et les Sativas.

Bien que les terpènes ne provoquent aucun effet psychoactif, leur capacité à moduler l’activité des cannabinoïdes pourrait expliquer pourquoi deux plantes aux proportions identiques de CBD et de THC, par exemple, provoquent des effets parfois inverses. L’une pourrait engendrer une sensation typique des variétés indica (narcoleptique et relaxante) et l’autre un effet sativa classique (énergisant et cérébral).

Comment les terpènes participent-ils à l’effet d’entourage ?

Suivant cette piste, une étude publiée en 2021 dans la revue Scientific Reports par des chercheurs de l’Université d’Arizona aux États-Unis étudia l’influence de certains terpènes sur l’effet d’entourage. Les tests ont été effectués sur des souris et des lignées cellulaires in vitro. Leurs auteurs cherchaient à actionner les récepteurs endocannabinoïdes (tels les CB1 et CB2).

Cette théorie a été proposée il y a des années et des recherches ont donc déjà tenté de la confirmer. Mais, les résultats ont toujours été décevants. L’étude de 2021 est la première qui soit parvenue à démontrer que les terpènes modulent bel et bien les effets des cannabinoïdes et qu’ils jouent donc un rôle essentiel dans l’effet d’entourage.

Les auteurs de cette étude sont, en outre, parvenus à déterminer que les terpènes agissent via leur union avec certains récepteurs cellulaires au sein et en dehors du système endocannabinoïde, notamment le CB1 (spécifique au THC) et le A2a (lié aux processus inflammatoires).

Ces résultats suggèrent que les terpènes sont capables de stimuler les récepteurs du système endocannabinoïde et d’ainsi générer des effets similaires aux cannabinoïdes. On parle donc d’action « cannabimimétique ».

La manière dont les terpènes activent ces récepteurs et leur capacité à moduler l’activité des cannabinoïdes sont toujours à l’étude. Les résultats publiés en 2021 démontrent en tous cas à l’envi l’intérêt d’une meilleure compréhension de l’effet d’entourage, lequel suscite un intérêt grandissant auprès des utilisateurs de cannabis médical.

Terpènes et effet d’entourage dans le domaine médical

Une meilleure connaissance de l’impact des terpènes sur l’effet d’entourage pourrait grandement contribuer à l’amélioration des thérapies à base de cannabis médical, puisqu’elle permettrait de plus précisément en comprendre (et donc en moduler) les effets secondaires. 

Les propriétés thérapeutiques du THC et du CBD sont connues, notamment contre les douleurs chroniques. Pourtant, la consommation de THC à des fins médicinales peut entraîner des effets secondaires indésirables (sécheresse buccale, tachycardie, paranoïa, etc.). Moduler l’action de ce cannabinoïde grâce aux terpènes devrait permettre de maximiser son action thérapeutique tout en réduisant ses effets indésirables.

Dans le domaine de la santé mentale, par exemple, des chercheurs comme la doctoresse Sari Goldstein – auteure principale de l’étude « L’effet d’entourage. Terpènes combinés aux cannabinoïdes dans le traitement des troubles de l’humeur » [The entourage effect : terpenes together with cannabinoids for the treatment of mood disorders] – ont mis en lumière l’intérêt du recours aux terpènes dans le cadre des thérapies à base de cannabinoïdes utilisées dans le traitement de l’anxiété, de la dépression et des troubles bipolaires.

Compte tenu, d’une part, des puissants effets secondaires des anxiolytiques et des antidépresseurs, et d’autre part, des avantages des thérapies à base de CBD et de THC, la recherche de nouveaux traitements basés sur les cannabinoïdes et les terpènes ne peut que susciter l’enthousiasme. 

Tout aussi prometteur est le recours aux terpènes en combinaison avec des opioïdes dans le traitement de certains types de douleurs. À long terme, il s’agirait d’utiliser les terpènes (considérés comme sans danger par les diverses agences du médicament) en combinaison avec des cannabinoïdes ou des opioïdes dans le but de réduire les doses administrées aux patients sans diminuer les effets bénéfiques obtenus.

En d’autres termes, il s’agit de soulager la douleur avec de faibles doses de médicaments et des effets secondaires réduits au maximum. Que demander de plus quand on sait que, chaque année, des milliers de personnes décèdent d’overdoses d’opioïdes (comme le fentanyl) aux États-Unis, un chiffre en augmentation depuis la pandémie de Covid-19 ?

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Cannabinoids

Bcn Diesel Cbd

Depuis: 8.50€

Low THC, Cannabinoids

CBG Auto

Depuis: 14.00€

Low THC, Cannabinoids

CBDV Auto

Depuis: 14.00€

Partager: