Nectar, un appareil qui élabore de l’huile cannabique faite maison

Nectar, un appareil qui élabore de l’huile cannabique faite maison

Pour: Laura Rueda Médical

Il y a plein de façon de faire de l’huile cannabique mais toutes impliquent une préparation laborieuse car il faut attendre au minimum quelques jours pour l’obtenir. En plus du fait que ça suppose certains risques pour la santé puisqu’il faut utiliser des solvants toxiques. Mais un groupe d’étudiants de l’Université de Buenos Aires en Argentine a crée Nectar, un système d’extraction rapide et sûr qui ne met que de 5 à 30 minutes pour la création du produit.

Le cancer, la maladie d’Alzheimer, les migraines, l’hépatite, l’asthme, l’épilepsie, le sida, la maladie de Parkinson, l’anorexie, l’autisme, la douleur chronique, etc… Voici quelques unes des nombreuses maladies que l’on peut traiter et soulager grâce au cannabis. Un groupe d’étudiants de dessin industriel de l’UBA (Université de Buenos Aires) a saisi l’opportunité de relier ces bénéfices avec leur travail de fin de licence. Le résultat a débouché sur la création d’un appareil d’extraction qu’ils ont nommé « Nectar ».

Huile cannabique médicinale

« Nectar est un projet développé comme sujet de thèse en « Dessin industriel » dans la ville de Buenos Aires pendant l’année 2017. Ce projet consiste à développer un appareil extracteur d’huiles essentielles de technologie et production nationale, axé sur l’obtention d’échantillons d’huiles pour usage médicinal et scientifique. Mettant en évidence un vaste réseau de laboratoires publics en Argentine pour sa production », explique dans une vidéo l’un des étudiants qui a crée ce prototype.

Nectar, un appareil qui élabore de l’huile cannabique faite maison

Mars 2017, une date historique

En mars 2017, le Congrès de l’Argentine a approuvé une loi pour la régulation de la recherche médicale et scientifique du cannabis pour son usage médicinal. Les cinq étudiants de la Faculté de Dessin Industriel de l’Université de Buenos Aires ont vu juste. Ils devaient rendre compte de ce moment historique dans leur travail de fin d’étude. Ils ont décidé de créer Nectar et de cette manière d’essayer de faciliter la vie de tous les patients qui, pour avoir leur médicament, devaient dépenser des centaines de dollars pour un flacon ou faire appel au marché noir où les produits ne subissent pas de contrôle sanitaire.

Une réponse sûre

Nectar offre, de cette manière, une réponse à une problématique existante au niveau social. Et ce, grâce au dessin industriel et à la technologie. Il utilise la méthode de l’extraction à travers des fluides supercritiques en se servant de dioxyde de carbone pour la séparation.

« Non seulement cette méthode améliore considérablement les processus typiques d’extraction, qui utilisent en général des solvants en laissant des résidus toxiques, mais elle prend aussi en compte la sécurité au moment de la production car les solvants sont inflammables, toxiques et dangereux à manipuler », expliquent-ils.

La loi 27.350 sur la recherche cannabique

Comme ils commentent sur la vidéo précédemment citée, l’adoption de la loi 27.350 – sur la recherche médicale et scientifique de l’usage du cannabis et de ses dérivés – marque un tournant historique en Argentine. Nectar est la solution nationale car elle pourrait contrecarrer l’importation d’huiles de l’extérieur qui, en plus de coûter beaucoup plus cher, proviennent de pays qui n’ont pas le même régime de contrôle des médicaments qu’en Argentine.

Nectar, un appareil qui élabore de l’huile cannabique faite maison

Un prototype qui aspire à être un appareil

Actuellement, Nectar est seulement un prototype fonctionnel qui a été testé à FADU-UBA (Faculté d’ Architecture, Design et Urbanisme de l’Université de Buenos Aires); même si, ces derniers jours, on est en train d’améliorer et d’optimiser le processus d’obtention, pour commencer avec une production à l’essai de ces équipements. Nectar a même reçu une certaine reconnaissance, en s’avérant être le gagnant du concours Emprendé ConCiencia 2018 (« J’ai entrepris avec Science – Conscience 2018 »), du ministère de Production de la Nation.

« L’une des valeurs fondamentales de cet appareil est celle de pouvoir contrôler avec précision les paramètres d’extraction. Ce qui nous permet d’extraire des composants du matériel végétal de manière sélective, garantissant la répétabilité des résultats. Offrant ainsi une réponse au besoin de la production locale en huile essentielle pour l’usage du cannabis médicinal en recherche « , explique un autre des membres de l’équipe d’étudiants.

Un processus simple

Le processus d’élaboration est très simple car il suffit de disposer les feuilles dans le cylindre en acier inoxydable pour pousser ensuite l’écran où l’on marque les paramètres de pression et de température. L’étape finale est d’appuyer sur Play(« Lecture ») et Nectar se met en marche. Cette appareil est inspiré d’un exemple connu et utilisé au niveau industriel : la machine à café qui extrait la caféine.

 

YouTube video

 

En attente d’une production en série

Nectar est portable, comme un électroménager fait maison ; c’est pourquoi il est facile à transporter en plus d’être très intuitif pour ce qui est de son fonctionnement. On a seulement besoin de la matière première végétale et de glace sèche. C’est aussi un exemple qui montre comment le dessin industriel peut répondre aux problématiques sociales du pays. Désormais, la seule chose dont on a besoin, c’est que le pays se déplace vers un endroit plus lumineux et que la loi soit appliquée ; vu que pour le moment, l’huile cannabique est légale seulement pour les personnes affectées d’épilepsie réfractaire.

 

Kannabia Seed Company vend à ses clients un produit de collection, un souvenir. Nous ne pouvons pas et ne devons pas donner de conseils de culture car notre produit n’est pas destiné à cet usage.

Nous ne sommes pas responsables de l’utilisation illicite qui pourrait être faite par des tiers des informations publiées ici. La culture du cannabis pour l’autoconsommation est une activité soumise à certaines restrictions légales qui varient d’un État à l’autre. Nous recommandons de revoir la législation en vigueur dans le pays de résidence pour éviter d’encourir l’exercice d’une activité illégale.

Partager: