Back to top
La legalización del cannabis en Estados Unidos más cercana que nunca con la mayoría demócrata

Le 7 janvier dernier, avec 98% des votes scrutés, les démocrates Raphael Warnock et Jon Ossof ont, au dernier moment, pris les places au sénat pour l’état de la Géorgie des républicains Kelly Loeffler y David Perdue.

Leur victoire, avec une différence d’à peine 1,2 et 0,6 points, laisse à égalité les démocrates et les républicains à la Chambre haute des États-Unis, ce qui dans la pratique signifie la victoire du parti de Joe Biden, en étant le dirigeant, poste dont Biden a pris possession le 20 janvier 2020. Le parti démocrate actuellement au pouvoir aura alors carte blanche pendant la législature pour approuver les changements législatifs et pour tenir ses promesses électorales ; l’une d’elles est la légalisation du cannabis au niveau fédéral, même si avec moins d’élan de la part de Biden que de Bernie Sanders qui avait promis que, le premier jour de son mandat, il légaliserait la marijuana.

La posture de Biden sur le cannabis pourrait vraiment impliquer un grand changement. Biden a exprimé son appui à la dépénalisation et à l’élimination des antécédents pénaux pour possession de marijuana, peu avant d’être élu candidat démocrate, mesure qui a déjà été menée dans plusieurs états – comme celui du Nevada ou du Colorado. Il soutien aussi la révision de la classification du cannabis dans la Loi des substances contrôlées - dans laquelle le cannabis n’est pas encore inclus puis qu’il se trouve encore dans la catégorie des drogues les plus dangereuses (dans laquelle se trouve l’héroïne) qui ne permet pas son usage médical -, un changement qui a déjà été approuvé en décembre 2020 par l’Organisation des Nations Unies. Par ailleurs, il a exprimé son soutien à la légalisation du cannabis pour usage médical, ce qui permettrait que tous les états puissent réglementer facilement ce thème.

 

 

La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé la loi MORE le 4 décembre 2020, indépendamment de la position de Biden. La norme a été adoptée avec 228 votes pour - parmi eux ceux de quelques républicains - et 164 votes contre. La loi, dont l’approbation au Sénat se voyait alors impossible, a pour but d’éliminer le cannabis de la liste des substances illégales et de dépénaliser sa consommation, annulant les condamnations pour consommation et possession émises jusqu’à lors. Elle contemple également la vente de produits à base de cannabis, leur appliquant une taxe de 5% qui sera destinée à un nouveau Fond d’affectation spéciale des opportunités qui accorde des subventions aux communautés et entreprises particulièrement affectées par la guerre contre les drogues qu’ont lancé les administrations précédentes aux États-Unis.

Le projet de loi a été présenté en juillet par le congressiste et alors président du Comité judiciaire de la Chambre des représentants Jerry Nadler et aussi par Kamala Harris qui était alors sénatrice, actuellement vice-présidente des États-Unis après avoir été élue aux élections de décembre dernier. « Une des plus grandes hontes des États-Unis est son système pénitentiaire surpeuplé qui a mené à l’emprisonnement, en particulier, des hommes afro-américains et d’origine latino-américaine ; et tout cela alimenté par cette guerre ratée contre les drogues, une des raisons pour lesquelles je suis pour la légalisation de la marijuana », a affirmé alors l’actuelle vice-présidente dont la visibilité publique est presque plus importante que celle du président Biden quelques semaines seulement après les élections.

Actuellement, aux États- Unis, le cannabis récréatif est légal dans 15 états. Les derniers à s’être incorporés à cette liste, après les référendums célébrés de façon simultanée aux élections générales du 3 novembre, sont le Dakota du Sud, l’Arizona, le Montana et le New Jersey. La population de ces quinze états compte cent onze millions de personnes, presque un tiers de la population totale des États-Unis.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.