Back to top
Primera solicitud a la AEMPS para autocultivo de cannabis medicinal

Le 20 avril, "4/20", journée internationale de la marijuana, une conférence de presse a été organisée pour expliquer cette demande de licence à l'AEMPS, ainsi que pour présenter la bande-annonce du documentaire "Marihuana para vivir" (Marijuana pour la vie) qui sortira en septembre prochain sur la vie de Juan Manuel Gantes, dénonçant sa situation de détresse. C'est la première fois que l'Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) reçoit une demande d'un particulier pour cultiver du cannabis, dont la consommation sera exclusivement à des fins thérapeutiques pour soulager ses douleurs chroniques. Parallèlement, le soutien social en faveur de la légalisation de la marijuana est en hausse, atteignant 90 % dans le cas d'un usage médicinal, selon le CIS (Centre espagnol de recherches sociologiques). Il n'y a guère de références qui nous permettent de savoir quelle position l'institution adoptera, mais si nous jetons un coup d'œil aux récentes décisions de justice sur l'auto-culture de cannabis médical, la réponse devrait être oui, selon le jugement qui a reconnu le droit d'Aritza Alunda de cultiver plus de mille plants de marijuana à des fins médicinales.

Mardi 20 avril, Juan Manuel Rodríguez Gantes, un Galicien de 49 ans, a annoncé sa demande de licence d'auto-culture de cannabis médical auprès de l'AEMPS. Cette demande a été présentée publiquement avec le soutien de l'Observatoire européen de la culture et de la consommation de cannabis (OECCC), une association espagnole qui se consacre au soutien de la réglementation du cannabis. "Eh bien, même en faire la demande n'est pas simple. Il faut tout spécifier : le nombre de plants, quel espace ils occuperont, la teneur en THC ou en cannabidiol des plants, les certificats de traçabilité, les caractéristiques de l'installation où vous allez cultiver, et même l'aval d'un agronome pour les semences, qui, soit dit en passant, ne sont pas bon marché non plus. Nous parlons de milliers d'euros", déclare Hugo Madera, président de l'OECCC, l'une des organisations qui se bat le plus pour la légalisation. "Si je pouvais l'obtenir, ce serait un soulagement pour moi, mais aussi une porte ouverte pour d'autres patients qui trouvent dans le cannabis un remède à la douleur", a expliqué Juan Manuel lors de la conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé sa demande à l'AEMPS.

Jusqu'à présent, l'institution chargée d'approuver la production et la commercialisation des médicaments en Espagne a accordé onze licences de culture de cannabis médical à des entreprises et des universités pour la recherche, comme l’affirme l'AEMPS elle-même dans un rapport mis à jour le 21 avril. Elle a également accordé jusqu’à maintenant huit autres licences pour la production de médicaments dérivés du cannabis, bien que la grande majorité soit destinée à être commercialisée dans d'autres pays européens. En effet, en Espagne, le seul médicament issu de cette plante dont la commercialisation a été autorisée est le Sativex, indiqué chez les patients atteints de sclérose en plaques, fabriqué par la société belge GW Pharma et commercialisé en Espagne par Almirall.

Le cas de Juan Manuel s'ajoute à la longue liste de personnes qui se sont tournées vers le cannabis pour les aider à supporter les douleurs chroniques causées par des maladies graves ou des problèmes de santé. Dans son cas, à l'âge de 19 ans, il a subi un accident qui l'a rendu tétraplégique en raison d'une blessure à la colonne vertébrale. Après être passé par plusieurs hôpitaux, il obtient une place dans le centre de soins pour handicapés physiques IMSERSO à Ferrol. Les séquelles de son accident l’obligent à prendre 30 comprimés par jour pour atténuer les spasmes et les douleurs neuropathiques, ainsi que des analgésiques et des somnifères. En 2000, il a commencé à consommer du cannabis. La plante lui a permis d’atténuer ses douleurs et de diminuer sa consommation d'analgésiques, elle lui a également permis d'améliorer son humeur et de sortir d'un profond processus dépressif.

Cependant, la culture et la consommation de cannabis médical lui ont posé des problèmes liés à l'incertitude juridique à cause de l'absence de législation sur le cannabis médical. Lorsqu'il a décidé d'arrêter de se fournir au marché noir et d'utiliser sa petite pension pour acheter une armoire dans laquelle cultiver les quinze plants de marijuana qui, selon ses calculs, lui fourniraient du cannabis pour toute l'année, il a été confronté à une plainte du centre où il vit. La police est venue dans sa chambre au Centre pour handicapés physiques et a fouillé ses affaires. Le juge qui instruisait l'affaire a dû lui-même se rendre dans sa chambre au centre pour prendre sa déposition, car Juan Manuel ne pouvait pas se déplacer en raison de son état de santé. Le juge a ensuite décidé de classer l'affaire et de retirer la plainte.

Une autre fois, la police est retournée au centre pour fouiller sa chambre et a confisqué les 80 joints qu'il préparait depuis plusieurs mois. "Un gamin les avait roulés parce que, évidemment, je ne peux pas le faire. Je ne suis pas un dealer de drogue, je suis un utilisateur thérapeutique", a expliqué Juan Manuel lors de la conférence de presse.

 

 

Ils l'ont également emmené au poste de police et l'ont menacé de sanctions pour avoir acheté de la marijuana sur le marché noir, même si les sanctions ne lui ont finalement jamais été données. "Je fume du cannabis parce que ça me fait du bien, ça me soulage la douleur. Je ne pense pas avoir besoin de l'autorisation de la police ou du juge pour en obtenir", ajoute Juan Manuel.

"Il est intolérable de traiter Juan Manuel Rodríguez Gantes comme un délinquant. L'auto-culture est autorisée par une décision-cadre de l'Union européenne, mais la réglementation est ambiguë. Il n'y a pas de santé sans dignité. Il est urgent que le gouvernement apporte une solution aux milliers de patients qui se trouvent en Espagne dans la même situation que Juan Manuel", affirme Héctor Brotons, directeur du cabinet d'avocats Brotsanbert, chargé de concevoir la demande de culture auprès de l'AEMPS.

Comme dans la procédure judiciaire à laquelle Juan Manuel a été soumis, plusieurs juges ont refusé de traduire en justice des consommateurs de cannabis médical ou ont statué qu'ils avaient le droit de le faire librement. L'un des derniers cas qui a fait le plus de vagues est celui d'Aritza Alunda, qui a été acquitté en mars par le tribunal pénal n° 3 de Santander pour un délit de trafic de drogue, car il possédait une plantation de 1 116 plants de cannabis qu'il utilisait pour fabriquer des teintures à appliquer sur les plus de 20 myoblastomes qu'il a dans le corps. Le cas de Fernanda de la Figuera est bien plus ancien : en 1995, un tribunal a reconnu son droit de cultiver de la marijuana à des fins médicales.

"Je ne veux pas avoir à recourir au marché noir ou que la police me poursuive pour me mettre une amende. L'auto-culture me donne la dignité de cultiver la plante dont j'ai besoin pour me soigner", indique Juan Manuel comme raison qui l'a conduit à demander une licence d'auto-culture à l'AEMPS. 

Si sa réponse à la demande de Juan Manuel Rodríguez Gantes suit la ligne adoptée par les tribunaux concernant la culture de cannabis médical à usage personnel, elle marquera une nouvelle étape dans les droits des consommateurs face au vide juridique existant.

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

Commentaires

Kannabia Seeds Company sells to its customers a product collection, a souvenir. We cannot and we shall not give growing advice since our product is not intended for this purpose.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published. The cultivation of cannabis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.