Back to top
La crisis del coronavirus da impulso a Aurora Cannabis, pero sus cuentas siguen siendo un desastre

La crise du coronavirus a fait du bien aux géants du marché international du cannabis. Ou du moins, il en a été ainsi pour Aurora Cannabis, deuxième du secteur en facturation au niveau mondial. La compagnie, fondée en 2004 en Ontario (Canada), a récupéré une bonne partie de sa valeur en bourse qu’elle avait perdue au cours des 14 derniers mois. En mai, ses actions à la Bourse de New York ont augmenté de 158% après que l’on ait eu connaissance des résultats financiers de son troisième trimestre 2020 – ce qui, au Canada, comprend les mois de janvier à mars de l’année en cours et qui en Espagne serait le premier trimestre fiscal.

Pendant ces premiers mois de l’année, Aurora Cannabis a augmenté ses ventes de 16% par rapport au trimestre précédent – octobre à décembre -, passant de 65,14 millions de dollars canadiens à 75,52 comme l’indiquent les comptes de la société. Une augmentation des ventes pourrait avoir été le résultat de la crise du coronavirus. Comme le détaillait la CNBC fin mars, l’industrie du cannabis atteignait des records de ventes, avec des milliers de consommateurs achetant de grandes quantités pour se suffire pendant le confinement et avec les dispensaires de cannabis déclarés comme service essentiel au Canada et dans les régions des États-Unis où le cannabis récréatif et/ou médicinal avait été réglementé. Ça a aussi bénéficié à Canopy Growth, la plus grande entreprise consacrée au cannabis, qui en 2019 aussi avait vu ses actions chuter de 70% et qui, avec la crise, récupérait 25%.

 

 

Mais les résultats d’Aurora Cannabis ne sont pas si positifs. Pendant ce troisième trimestre, le coût des produits vendus ont augmenté à 43,6 millions de dollars canadiens, face aux 28,9 millions de la période précédente, et les bénéfices bruts ont chuté à 27,4 millions, un peu plus de la moitié de leur gain généré la période précédente – 52,6 millions d’euros canadiens. Et ici on peut se demander deux choses : comment, si les ventes ont augmenté, les bénéfices ont-ils diminué de moitié ? Et pourquoi, si en regardant un peu les comptes d’Aurora Cannabis on voit qu’elles ne sont pas si favorables, la compagnie a-t-elle monté en bourse au moi de mai ?

La réponse à la première question est facile : dans ces derniers mois, la demande de cannabis à un prix plus économique a augmenté de 17%, tandis que la demande de cannabis à un prix plus élevé a baissé de 13%, d’après ce qu’explique la web d’information boursière Market Watch. Il est plus difficile de répondre à la deuxième question.

 

 

 

 

Seulement quelques semaines avant cette récupération, Aurora Cannabis avait dû réduire son nombre d’actions à la Bourse de New York, où leur prix était descendu d’un dollar par action face aux 9 dollars de début 2019. Pour ne pas être expulsée de cette bourse, elle a réduit son nombre d’actions en donnant à chaque actionniste une action pour 12 qu’il aurait.

Les trous dans les comptes d’Aurora Cannabis sont les achats qu’elle a faits les années précédentes. L’un d’entre eux a été, en 2018, celui de son principal rival canadien Med Releaf pour 3.200 millions de dollars canadiens (qui représentaient, au change du moment, 2.093 millions d’euros).

Aurora Cannabis est le principal sponsor du Forum Cannabis Europa à Madrid. En Europe, son siège est à Berlin, devenant là-bas l’un des principaux importateurs et distributeurs de cannabis médicinal dans le continent, et également en Espagne, même si l’Agence Espagnole du Médicament et des Produits Sanitaires ne lui a pas encore délivré la licence pour cultiver du cannabis.

Sa production globale est passée d’environ un million de grammes de cannabis produits entre septembre et novembre 2016 à plus de 40 millions entre septembre et novembre 2019, d’après les derniers chiffres rapportés par l’entreprise canadienne.

Actuellement, elle a déposé 9.116 brevets et compte sur des installations de production au Canada, au Danemark, en Uruguay et en Allemagne, qui rassemblent une capacité de production de plus de 600.000 kilos de marijuana par an, même si elle-même informe, Aurora Cannabis limite à 150.000 kilos sa capacité de production annuelle.

D’après ce qui apparaît sur son rapport aux investisseurs, entre juillet et septembre 2019, elle a vendu 12.463 kilos de marijuana. Chaque gramme représente pour eux un coût de production de 0,85 dollar canadien et de 1,90 de frais de vente, atteignant une marge de bénéfice de 58%. Le prix de vente du gramme se situe autour des 4,76 dollars canadiens, comme l’affirmait Market Watch en février.

The cultivation of cannbis for personal consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

The purpose of this publication is purely informative, horizontal transfer of technical horticultural information.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published here.

Commentaires

The cultivation of cannbis for self-consumption is an activity subject to legal restrictions that vary from state to state. We recommend consultation of the legislation in force in your country of residence to avoid participation in any illegal activity.

The purpose of this publication is purely informative, horizontal transfer of technical horticultural information.

Kannabia accept no responsibility for any illegal use made by third parties of information published here.